Le dirigeant algérien qualifie l’incendie de “désastre” alors que 22 pompiers ont été arrêtés

ALGER – L’Algérie a arrêté 22 personnes soupçonnées d’être à l’origine des pires incendies de forêt du pays, tuant 65 personnes, a déclaré jeudi le président Abdelmadjit Debn, ajoutant que l’incendie était une “catastrophe” et exhorté à protéger l’unité nationale.

Des dizaines d’incendies de forêt se sont propagés dans les montagnes du nord de l’Algérie depuis lundi, principalement à DC Oso, une importante province de la région de Kabili à l’est de la capitale Alger.

“Il y a eu quelques incendies en raison de la chaleur élevée, mais des mains criminelles étaient derrière la plupart d’entre eux”, a déclaré Deboun lors d’une allocution télévisée en direct à la télévision d’État. “Nous avons arrêté 22 suspects, dont 11 à Digi Oso. La justice fera son devoir.”

Au moins 28 militaires ont été tués dans ce qui est devenu la répression des incendies de forêt par les pompiers d’Afrique du Nord.

“C’est une catastrophe… une catastrophe.

“Nous devons défendre l’unité nationale… J’insiste sur l’unité nationale”, a-t-il ajouté.

En plus des soldats au sol, l’armée a éteint l’incendie à l’aide de six hélicoptères. Ceux-ci ont été soutenus par deux camions de pompiers loués à l’Union européenne et sont en service depuis tôt jeudi matin.

Debn a déclaré que le gouvernement recevrait deux autres vols en provenance de Suisse au cours des trois prochains jours.

(Rapport de Hamid Ault Ahmed ; Édité par Jonathan Odyssey)

READ  France Air lève des parts de France-KLM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *