Le Front de libération nationale algérien remporte la plupart des sièges au parlement | Nouvelles du Moyen-Orient

Les 105 sièges du FLN étaient bien en deçà des 204 sièges nécessaires pour obtenir une majorité au parlement de 407 sièges.

Le Front de libération nationale (FLN) algérien, qui a longtemps été le plus grand parti politique du pays, a remporté le plus grand nombre de sièges aux élections législatives de samedi, a déclaré le chef du collège électoral.

Cependant, 105 sièges étaient bien en deçà des 204 sièges nécessaires pour obtenir une majorité au parlement de 407 sièges, le parti Mouvement islamique pour une société pacifique remportant 64 sièges et les candidats indépendants en remportant 78.

La dynamique du changement pacifique déclenchée [with the protests] « Il est en train d’être renforcé », a déclaré le chef du Collège électoral Mohamed Sharafi, faisant référence aux élections.

Le vote de samedi avait pour but d’ouvrir la voie à une « nouvelle Algérie » annoncée par le président Abdelmadjid Tebboune pour mettre fin à une ère de corruption et donner un nouveau visage au pays maghrébin.

Cependant, le taux de participation après le vote a été estimé à 30 %, le mouvement de protestation pro-démocratie Hirak ayant boycotté les élections, tout comme les partis d’opposition traditionnels.

La plupart des députés élus devraient soutenir le programme de Tebboune, y compris les réformes économiques.

Le vote de samedi fait suite à l’élection présidentielle de 2019 et au référendum sur la constitution révisée de l’année dernière, mais de nombreux Algériens pensent toujours que le vrai pouvoir est exercé par les forces de sécurité.

La participation aux élections législatives a été la plus faible depuis au moins 20 ans. À titre de comparaison, il était de 35,7% lors du dernier vote législatif en 2017.

READ  Digestion hebdomadaire des protéines mondiales: épidémie de grippe aviaire, exportations et COVID-19
Le chef de l’autorité électorale algérienne Mohamed Charfi s’exprime lors d’une conférence de presse pour annoncer les résultats des élections législatives à Alger, en Algérie, le 15 juin 2021. [Ramzi Boudina/Reuters]

La plus grande différence par rapport aux élections précédentes était le nombre beaucoup plus important d’indépendants qui ont remporté des sièges au parlement, les islamistes détenant une part similaire dans le passé.

Appels au boycott

Le mouvement d’opposition Hirak avait appelé au boycott après l’arrestation jeudi de sept de ses dirigeants.

Il a mobilisé des centaines de milliers de personnes en 2019 pour contraindre le président Abdelaziz Bouteflika à démissionner après avoir lancé une candidature pour un cinquième mandat.

Le mouvement est revenu dans la rue en février après une interruption de près d’un an en raison de la pandémie de coronavirus, après avoir également survécu à une campagne d’arrestations, à une élection présidentielle et à un référendum constitutionnel visant en partie à l’enterrer.

Mais le gouvernement a intensifié sa répression contre le mouvement le mois dernier, interdisant les manifestations et arrêtant des centaines de militants qui ont défié les nouvelles restrictions sur les rassemblements publics.

Sept dirigeants du mouvement de contestation, dont le leader de l’opposition Karim Tabbou, ont été arrêtés jeudi tandis que la police s’est massivement déployée vendredi dans la capitale pour bloquer toute tentative du mouvement Hirak d’organiser des manifestations antigouvernementales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *