200 patients algériens après la pollution de la mer

Photographie prise par Beder, Mersa Ben M’hidi, Tlemcen, Algérie.

Environ 200 personnes ont été brièvement hospitalisées après avoir nagé dimanche dans de l’eau de mer présumée contaminée dans la région de Tenes, dans le nord-ouest de l’Algérie, ont indiqué les autorités locales et les médias.

Des rapports ont indiqué que trois plages et une usine de dessalement ont été fermées et qu’une enquête a été ouverte dans la région de Chlef, qui comprend Tennis.

Un responsable du gouvernement local, Lakhdar Al-Sadas, a déclaré à la chaîne de télévision privée Al-Shorouk que les victimes « souffraient de nausées, de fièvre et de rougeurs aux yeux et avaient été transportées à l’hôpital », mais elles ont toutes été libérées par la suite.

Il y a eu une confusion locale sur la cause possible.

“Les victimes, qui se baignaient toutes sur la plage centrale de Tennis, ont peut-être inhalé un gaz qui s’est rapidement propagé en raison des vents dominants dimanche après-midi”, a déclaré l’agence de presse officielle APS citant le responsable local de la santé, Nasreddine Bencartalia.

Sadas a déclaré que l’explication “la plus plausible” était centrée sur une fuite d’un navire transportant du bétail qui était récemment arrivé dans le port du Tennessee.

Une autre théorie promue localement est que les algues toxiques pourraient être responsables.

Il a également été signalé que 28 plongeurs et sept agents de la protection civile envoyés pour enquêter sont tombés malades.

Un communiqué officiel indique qu’une équipe du ministère de l’Environnement a prélevé des échantillons d’air et d’eau du port du Tennessee, des plages et d’autres endroits.