Le Front de libération nationale algérien reste le plus grand parti après les élections

Le chef de l’autorité électorale algérienne Mohamed Charfi s’exprime lors d’une conférence de presse pour annoncer les résultats des élections législatives à Alger le 15 juin 2021. REUTERS/Ramzi Boudina

ALGER (Reuters) – Le chef de l’autorité électorale algérienne a déclaré mardi que le Front de libération nationale, le plus grand parti politique du pays, avait remporté le plus grand nombre de sièges aux élections législatives de samedi.

Moins d’un tiers des électeurs inscrits ont participé aux élections, que l’establishment dominant a longtemps considéré comme faisant partie de sa stratégie pour surmonter deux années de manifestations de masse et de troubles politiques.

Les manifestations qui ont éclaté en 2019 ont exigé la chute de l’élite dirigeante, la fin de la corruption et le retrait de l’armée de la politique. Alors que les autorités ont salué les manifestations comme un moment de renouveau national, elles ont lancé une campagne d’arrestations.

“La dynamique de changement pacifique qui a été lancée (avec les manifestations) se renforce”, a déclaré le chef du collège électoral, Mohamed Al-Sharafi, en référence aux élections.

Les 105 sièges du FLN étaient bien en deçà des 204 nécessaires pour obtenir une majorité au parlement de 407 sièges, les islamistes du Parti islamiste pour la paix en remportant 64, l’ancien parti de la coalition au pouvoir, le Rassemblement national démocratique, en remportant 57 et les candidats indépendants en remportant 78. des places.

Cependant, la plupart des députés élus devraient soutenir le programme du président Abdelmadjid Tebboune, y compris les réformes économiques.

Les partis islamistes espéraient tirer parti des troubles des deux dernières années des manifestations qui ont évincé le président vétéran Abdelaziz Bouteflika et conduit à l’emprisonnement de plusieurs hauts responsables.

READ  Marché du système de détection des fuites de pétrole et de gaz (LDS) par technologie mondiale, derniers développements de 2021 à 2024 | L'impact du COVID-19 sur la taille, la part et les perspectives de l'industrie

Mais la plus grande différence par rapport aux élections précédentes était le nombre beaucoup plus important d’indépendants qui ont remporté des sièges au parlement, les islamistes détenant une part similaire dans le passé.

Le mouvement de protestation sans chef « Hirak » a boycotté le vote, à l’approche des élections de 2019 qui ont installé Taboun à la place de Bouteflika.

Harak a déclaré que tout vote organisé alors que l’institution actuelle reste en place et que l’armée s’ingère dans la politique, ne peut être équitable.

Si les élections qui ont précédé la montée du Hirak ont ​​enregistré des taux de participation officiels plus élevés, elles sont encore souvent caractérisées par un nombre important d’abstentions.

La composition du nouveau parlement devrait former le prochain gouvernement qui devra faire face à une crise économique imminente alors que l’Algérie a dépensé plus des quatre cinquièmes de ses réserves de change depuis 2013.

(Couverture) Hamid Ould Ahmed et Lamine Cheikhi, écrit par Angus McDowall

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *