Le général Sengiriha pour sauver une diplomatie en déclin

Le chef d'état-major de l'armée algérienne, le général Saïd Sengiriha, est en visite en Arabie Saoudite depuis le 3 février pour participer au Salon mondial de la défense qui se tiendra à Riyad du 4 au 8 février.. Dans un communiqué du ministère de la Défense nationale, il est qualifié de « représentant du président de la République » et « en visite officielle ». Ce statut de représentant du président Deboun a été évoqué à plusieurs reprises dans les médias algériens, conférant à la visite un caractère officiel. Pourtant, à aucun moment les autorités du royaume wahhabite n’ont invité le général Saïd Tsengriha à une visite officielle, encore moins le président Debon pour le représenter.

En effet, le cachet officiel et le caractère représentatif conféré à la visite masquaient la volonté d'Alger de présenter le commandant militaire comme un interlocuteur de haut niveau. Autorisé par le chef de l'État à négocier des questions très sensibles et à prendre sans délai les décisions qui s'imposent.

Les Saoudiens savent bien que le général Sengiriha est le véritable décideur en Algérie.. Sa parole vaut plus que celle de Debon. Mais pour les Saoudiens, le dialogue avec le gouvernement algérien sur des questions de plus grand intérêt a été exclu parce que le gouvernement algérien a rejeté la médiation saoudienne dans le conflit avec ses voisins marocains. Le roi d'Arabie Saoudite est le premier souverain arabe à arbitrer depuis que le ministre algérien des Affaires étrangères a annoncé le 24 août 2022 la rupture des relations diplomatiques entre l'Algérie et le Maroc. Les Algériens ont catégoriquement refusé. Les Algériens ne l'ont pas informé du motif de cette décision, que les Marocains jugent « stupide et déraisonnable ».

READ  Paniana Bania a terminé dernière du match nul avec l'Algérie 1-1

Deux ans plus tard, c'était au tour du régime algérien de demander au Royaume d'Arabie saoudite d'agir comme médiateur de bons offices pour apaiser les tensions qu'il avait lui-même alimentées contre les Émirats arabes unis., « sans raison », selon de nombreux observateurs politiques. C’est maintenant à leur tour de subir le même rejet qu’ils ont réservé aux Saoudiens.

Devant l'incapacité de leurs diplomates à répondre favorablement à la demande saoudienne, les dirigeants algériens ont finalement décidé de jouer la carte de la « diplomatie militaire » en profitant de la participation de leur chef d'armée à l'Exposition mondiale sur la sécurité de Riyad.. La participation s'est transformée en visite officielle, en prenant soin dans leurs communications de ne pas impliquer les Saoudiens en évitant d'inclure « à l'invitation du commandement militaire saoudien ou à l'invitation des autorités saoudiennes ».

Dans le même communiqué, le ministère algérien de la Défense a indiqué que « le général d'armée profitera de cette occasion pour visiter des structures appartenant aux forces armées saoudiennes et rencontrer des responsables militaires saoudiens pour examiner les moyens de renforcer la coopération bilatérale. C'est d'intérêt commun ».. Cela signifie que le voyage en Arabie Saoudite ne se limitera pas à l'Exposition mondiale de la défense. Selon des sources généralement bien informées, le général Sengiriha devrait rencontrer plusieurs responsables saoudiens, dont le prince héritier Mohammed bin Salman.

Ce 6 février au matin, il a eu son premier grand rendez-vous avec le jeune ministre saoudien de la Défense Khaled ben Salmane, 36 ans, tandis que son hôte algérien soufflera bientôt sa 79e bougie.. La différence d'âge est de 43 ans. L’un symbolise un régime vieillissant qui lutte pour relancer son pays, l’autre le symbole d’un royaume brillamment dirigé par une nouvelle génération ouvrant à son peuple les portes longtemps fermées de la modernité.

READ  L'AS Monaco est reléguée par Rodez

Pour sa part, Le général Sengiriha attend avec impatience l'ouverture des portes du palais du prince héritier Mohammed ben Salmane. Il pourrait attendre le 8 février, date de la fin de l'événement qui lui a servi d'alibi pour sa visite dans le royaume wahhabite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *