Le Maroc affirme que l’Espagne soutient ses desseins au Sahara Occidental | Nouvelles | DW

L’Espagne a annoncé vendredi un changement majeur de politique, approuvant le plan du Maroc pour une région autonome du Sahara occidental sous le régime de Rabat, appelant Madrid à entamer une « nouvelle phase dans les relations ».

Madrid affirme que la nouvelle phase sera « basée sur le respect mutuel, la conclusion d’accords, l’absence d’actions unilatérales et la transparence permanente de la communication ».

L’annonce intervient à un point bas dans les relations, cherchant à reconnaître sa souveraineté sur la région marocaine, et l’Espagne a cherché à atténuer les retombées d’un incident qui a suscité la colère de Rabat l’année dernière.

Le plan de Rabat pour la région controversée du Sahara occidental

Le Palais d’Etat à Rabat a déclaré vendredi qu’il avait reçu une lettre du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, reconnaissant « l’importance de la question du Sahara pour le Maroc » et que « l’Espagne considère l’effort d’autonomie marocain de 2007 comme très inférieur aux normes et controversé ».

Depuis que l’Espagne a annexé son ancienne colonie en 1975, Rafat a envisagé l’autonomie au Sahara occidental depuis son annexion. Mais le mouvement indépendantiste dirigé par Policario, soutenu par l’Algérie, veut que la région soit un État souverain pour le Sahara.

L’ONU, qui reconnaît toujours Madrid comme une puissance administrative coloniale au Sahara occidental, a proposé un plan avec le soutien de l’Espagne et de l’Union européenne en général pour résoudre le différend qui dure depuis des décennies.

Le changement de politique intervient à la suite d’une intense controverse diplomatique l’année dernière lorsque Madrid a autorisé le chef de la police Brahim Khali à se rendre en Espagne pour des soins médicaux. Rabat a créé une crise humanitaire en permettant à plus de 10 000 personnes de traverser sa frontière vers la région nord-africaine de Ciota.

READ  Un voleur de bijoux s'enfuit après un «vol époustouflant» à Paris | La France

Rabat a rappelé son ambassadeur à Madrid et ne l’a pas encore réembauché.

Les pays voisins séparés par le détroit de Gibraltar entretiennent des relations commerciales étendues et travaillent en étroite collaboration sur les questions de migration, de sécurité et d’énergie. L’Espagne a déclaré vendredi que les deux parties travaillaient ensemble pour relever des « défis communs », notamment « la coopération dans la gestion des flux migratoires en Méditerranée et en Atlantique ».

Le gouvernement espagnol hésite-t-il sur la question du Sahara Occidental ?

Malgré l’enthousiasme de Rabat pour le changement annoncé par le Premier ministre socialiste espagnol, tout le monde dans le gouvernement de coalition de Sanchez n’était pas content. La vice-Première ministre d’extrême gauche United v. Kane (Unidas Podemos), Yolanda Dias, a déclaré sur Twitter qu’elle était « attachée à la protection du peuple du Sahara et aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies ».

« L’Espagne a succombé aux menaces et aux pressions du Maroc », a déclaré Abdulla Arabi, le représentant espagnol de Policario. Il a ajouté que Madrid « payait des frais » pour réparer les liens politiques, ajoutant que « la solution doit être basée sur le choix du peuple du Sahara ».

L’Algérie – qui fournit du gaz à l’Espagne, soutient les objectifs du Front Policario et compte sur l’aide internationale pour rester dans 176 000 camps de réfugiés du Sahara – a été repoussée par les plans du Maroc. Alger a coupé toutes les relations diplomatiques avec le Maroc voisin fin 2021.

Des décennies d’inaction sur la scène internationale ont poussé le Front Policario à abandonner le cessez-le-feu de 1991 avec le gouvernement marocain en 2020.

Le Maroc utilise les immigrés pour faire pression

En améliorant ses revendications sur le Sahara occidental, Rabat a amélioré sa capacité à influencer les flux migratoires à son grand avantage. Le Maroc a d’abord abandonné l’idée d’organiser un référendum en 2007, mais a plutôt appelé à plus d’autonomie régionale sous le régime de Rabat. Bien que le soutien initial ait été faible, les attitudes changent car la France, les États-Unis et l’Allemagne ont exprimé tardivement leur soutien.

Rabat affirme que la proposition de 2007 est la meilleure solution politique qu’il puisse offrir. Récemment, l’ONU a abandonné l’idée d’un référendum et a plutôt plaidé pour un compromis réaliste et mutuellement acceptable.

Le ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération a annoncé que le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albarez, a été invité à Rabat plus tard ce mois-ci et des plans sont en cours pour la visite du Premier ministre Sanchez.

La lettre de Sanchez au roi Mohammed VI au Palais Royal de Rabat exprimait sa volonté « d’agir en toute transparence en harmonie avec un meilleur ami et allié ».

js/wd (AP, Reuters)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.