Des réformes informatiques et économiques plus fortes ont conduit à des collectes d’impôts record: CBDT

Les réformes apportées par le gouvernement au sein du service de l’impôt sur le revenu et le «renforcement» de l’économie indienne sont parmi les facteurs clés qui ont conduit aux plus hauts recouvrements d’impôts directs jamais enregistrés dans le pays, s’élevant à plus de Rs 13,63 crore, a déclaré le chef du CBDT. dit Mohapatra.

Il a déclaré que les inquiétudes concernant l’état de l’économie, qui a été touchée par la propagation du COVID-19, ont été rejetées parce qu’elles « ont bien réussi et que les entreprises ont été très bonnes (pour payer des impôts) » au cours de l’exercice 2021-22 en cours. .

Mohapatra s’est dit confiant que le total des impôts directs, qui comprennent principalement l’impôt sur le revenu des particuliers et les recettes de l’impôt sur les sociétés, poursuivra sa séquence actuelle et que la direction sera en mesure de poursuivre l’objectif de collecter 14,20 crores de roupies d’impôts au cours du prochain exercice. .

« Il sera très difficile de dire comment les choses vont se passer l’année prochaine, mais rien ne dit que les bons moments ne durent que quatre trimestres », a déclaré Mohapatra à PTI dans une interview.

Le Conseil central des impôts directs (CBDT) est l’organe directeur du département informatique et, conformément à l’annonce du 17 mars, la collecte des impôts directs (comme le 16 mars) en Inde a battu tous les records précédents.

Le chef du CBDT a énuméré les raisons qui, selon lui, ont conduit aux collections d’enregistrements.

« Le premier est de stimuler l’économie indienne. Plus l’économie est bonne, mieux c’est de se débarrasser des impôts, c’est ce qui se passe maintenant. »

« La deuxième raison serait les réformes en cours dans tous les départements qui ont un impact sur les chiffres de collecte du fisc », a-t-il déclaré.

READ  Le Pakistan pourrait obtenir le sucre indien moins cher et plus rapidement si le commerce était rouvert

Mohapatra a déclaré que les actions politiques qui ont été prises sur une période de temps, dans le budget ou hors budget, donnent maintenant un « effet rebond » ou dividende.

« La troisième raison, à mon avis, serait les réformes au sein du cercle… qui se sont poursuivies au cours des quatre dernières années.

« Il est possible que nous ayons changé plus qu’à n’importe quel moment de l’histoire de ce département, et ces réformes mettent du temps à gagner du terrain et à produire des résultats », a-t-il déclaré.

Mohapatra a déclaré qu’après trois à quatre ans de travail sur les réformes, le contribuable et le département prenaient conscience des nouveaux processus et procédures et « portaient lentement leurs fruits ».





« Donc, le point important est que les réformes, une fois initiées, ne donnent pas de résultat immédiat mais prennent du temps pour s’enfoncer dans l’esprit et la conscience ainsi que dans la culture opérationnelle de la direction. Alors, peut-être est-ce le moment que nous voyons les résultats des réformes dans le cercle », a-t-il ajouté.

Le quatrième facteur, a déclaré Mohapatra, était « petit mais significatif » et lié à l’initiation à la technologie dans le département informatique.

« Par exemple, le système d’information annuel (AIS) dans lequel de plus en plus d’informations sur les transactions financières qu’ils auraient effectuées dans l’année sont désormais transmises aux contribuables. Cela les conduit vers une conformité volontaire.

« Sur plus de Rs 13,63 mille crore à percevoir (au 16 mars), seulement environ Rs 54 000 à 55 000 crore proviennent de la taxe d’appréciation ordinaire (en vertu de laquelle la taxe est payée par l’évaluateur après que la direction leur a envoyé un avis ).

READ  Le Fonds monétaire international affirme que la pandémie de COVID-19 n'aura probablement pas d'effets « cicatrisants » sur l'économie japonaise

« Le reste du groupe vient par la conformité volontaire », a-t-il dit. »Cela se produit parce que les contribuables sont habilités avec les informations financières à leur disposition. »

Auparavant, a déclaré le chef de la CBDT, les contribuables « luttaient » pour obtenir ces informations, mais elles sont désormais à leur portée.

« Donc, cela a également aidé les contribuables à payer le bon montant d’impôt », a-t-il déclaré.

Mohapatra a déclaré que d’ici la fin de cet exercice, le 31 mars, la taxe nette ou la perception réelle, après l’émission des remboursements, devrait être réglée « au-delà de Rs 13,5 crore ».

Le service informatique s’est vu attribuer un objectif de Rs 11,08 crore (estimation budgétaire) au cours de cet exercice et a ensuite été révisé à Rs 12,50 crore.

Mohapatra a déclaré que les groupes sous toutes les têtes étaient les plus élevés cette fois. Il a donné une rupture pour prouver son point de vue.

Il a déclaré que cette année jusqu’au 16 mars, la collecte dans la catégorie des impôts anticipés était de 6,62 crores de roupies, soit 40,7% de plus qu’en 2020-2021, 50,6% de plus qu’en 2019-2020 et 30,8% de plus qu’en 2018-2019. .

De même, le pool déductible d’impôt à la source (TDS) est de 6,79 crores de roupies, 37,7% de plus qu’en 2020-21, 40,5% de plus qu’en 2019-20 et 51,9% de plus qu’en 2018-19, a-t-il ajouté.

Mohapatra a déclaré que la collecte dans la catégorie de la taxe d’auto-évaluation (SAT) est de Rs 1,34,318 crore, soit 34,9% de plus qu’en 2020-21, 36,1% de plus qu’en 2019-2020 et 42,9% de plus qu’en 2018.-19.

READ  Suivi des vaccins Covid-19 (mai 2021)

Dans la catégorie des impôts ordinaires, a-t-il déclaré, la collecte était de 55 238 crores de roupies, soit 46,5% de plus qu’en 2020-21 et 8,9% de plus qu’en 2019-2020.

Pour la catégorie STT (Stock Securities Transaction Tax), le gouvernement a fixé un objectif de Rs 12 500 crore au début de l’année et dans des estimations révisées, il a été porté à Rs 20 000 crore, a déclaré le chef du CBDT.

« Nous avons atteint plus de Rs 22 000 crore (au 16 mars). Ainsi, tous les composants, sous-composants, chiffres bruts et nets sont les plus élevés à ce jour dans l’histoire de la division.

« Ce sont des chiffres très importants, et cela est arrivé au moment le plus approprié de l’histoire du ministère », a-t-il déclaré.

Mohapatra a déclaré que le ministère n’avait pas encore terminé « l’analyse sectorielle » pour être en mesure de déterminer la performance des différents secteurs de l’économie.

« Les secteurs qui ont bien fait seront ceux qui se portent bien en ce moment comme les banques. Cependant, nous n’en avons pas encore fini avec l’analyse sectorielle. Je reviendrai plus tard pour dire quels secteurs ont bien fait et lesquels ne vont pas. eh bien », a-t-il dit.

(Le titre et l’image de ce rapport peuvent avoir été reformulés uniquement par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux partagé.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.