Le Maroc convoque l’ambassadeur de Tunisie au Sahara Occidental

Rabat/Le Caire – Le Maroc a rappelé vendredi son ambassadeur en Tunisie après que le président tunisien Kais Saied a reçu le chef du Front Polisario, qui demande l’indépendance du Sahara occidental, une région que le Maroc considère comme la sienne.

Le Maroc a déclaré que la décision de la Tunisie d’inviter Ibrahim Ghali à assister à un sommet japonais pour le développement de l’Afrique qui sera organisé par la Tunisie ce week-end est un « acte dangereux et sans précédent qui blesse profondément les sentiments du peuple marocain ».

Le différend ouvre un nouveau front dans une série de différends sur le Sahara occidental qui ont déjà attiré l’Espagne et l’Allemagne et intensifié la rivalité régionale globale entre le Maroc et l’Algérie, le principal partisan du Front Polisario.

Cette année, la Tunisie s’est rapprochée de l’Algérie, son voisin le plus peuplé et le plus dépendant de l’énergie, alors que Said a rencontré le président algérien Abdelmadjid Tebboune en juillet.

La Tunisie accueillera ce week-end la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique, qui réunira les chefs d’Etat de plusieurs pays africains.

La Tunisie a annoncé, en réponse à la décision du Maroc, qu’elle rappellerait son ambassadeur à Rabat pour des consultations.

Le ministère tunisien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué aux premières heures de samedi matin que le pays maintenait sa « neutralité totale sur la question du Sahara occidental, dans le respect de la légitimité internationale ».

Elle a indiqué que l’Union africaine a distribué un mémorandum invitant tous les membres de l’Union africaine, y compris le chef du Front Polisario, à participer aux activités de la Conférence internationale de Tokyo pour le Sommet du développement africain en Tunisie.

READ  Le gouvernement a pris des décisions difficiles pour remettre l'économie sur la bonne voie : Key - Business

Le président de la Commission africaine a également adressé une invitation individuelle directe à Ibrahim Ghali pour assister au sommet.

Le président sénégalais Macky Sall, qui préside actuellement l’Union africaine, doit prononcer un discours. L’Union africaine reconnaît le Sahara occidental comme membre, mais les États africains sont divisés à la fois sur le Polisario et sur l’indépendance du territoire.

Dans une brève déclaration du ministère des Affaires étrangères, le Maroc a déclaré qu’il ne participerait plus au sommet. Il a également récemment accusé la Tunisie de « redoubler d’attitudes négatives » contre le Maroc, et a déclaré que sa décision d’accueillir Ghali « confirme de manière flagrante son hostilité ».

Obtenir la reconnaissance de sa souveraineté sur le Sahara Occidental a toujours été l’un des objectifs les plus importants de la politique étrangère du Maroc. En 2020, les États-Unis ont reconnu leur souveraineté en échange de l’accord du Maroc pour un rapprochement avec Israël.

Depuis lors, le Maroc a adopté une position plus dure sur le Sahara Occidental, retirant ses ambassadeurs en Espagne et en Allemagne jusqu’à ce qu’ils se rapprochent de sa position sur le territoire.

L’Algérie a retiré son ambassadeur en Espagne, principal client du gaz algérien, après le basculement brutal de Madrid vers le Sahara Occidental.

(Reportage par Ahmed Al-Jashtimi; Reportage supplémentaire par Omar Fahmy; Écriture par Angus McDowall et Moataz Muhammad; Montage par Chris Reese, Angus McSwan et Leslie Adler)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.