Le Maroc et l’Algérie sont-ils au bord de la guerre?

Les hostilités entre le Maroc et l’Algérie ont pris une nouvelle dimension ces derniers mois, notamment sur la question du Sahara occidental. La situation peut-elle aboutir à un conflit complet? Le Rapport Afrique examine de plus près les forces impliquées.

Il fait partie d’une série en cinq parties.

Si les relations entre les «pays frères» n’ont jamais trébuché sur la route, les relations entre le Maroc et l’Algérie ont conduit à une ouverture d’hostilité ces derniers mois. Le principal coupable? Conflit du Sahara occidental.

Les progrès sur la question sont au point mort depuis la signature de l’Accord de cessez-le-feu marocain-policier en 1991, mais Rabat a récemment remporté quelques victoires diplomatiques, comme la décision américaine de retarder la souveraineté marocaine d’ici 2020.

Activité marocaine, tension algérienne

L’approche active de la diplomatie au sein des institutions africaines du Royaume du Maroc a conduit à l’ouverture d’ambassades au Sahara Occidental par plusieurs pays africains en un an. Ce faisant, ils ont effectivement promis leur soutien au Maroc.

Dans un accord ratifié par les États-Unis, le Royaume a accepté de reprendre les relations diplomatiques longtemps suspendues de l’Algérie avec Israël – un partisan clé du Front Policario. Ces développements ont amené les médias des deux pays à lancer des campagnes de dénigrement qui étaient dures et souvent insultantes contre l’opposition.

En Algérie, les récentes mesures prises par le Maroc ont clairement été une source de tension à un moment où les forces diplomatiques autrefois très influentes de l’Algérie ont commencé à ramasser des morceaux après une impasse de 20 ans sous l’ancien président Aptelogis Bouteflika.

READ  Football: l'Égypte et l'Algérie se réunissent à la répétition des costumes de la Coupe du monde

Même au sein de l’Union africaine, le quasi-monopole de l’Algérie sur le Conseil de paix et de sécurité a fourni au pays une plate-forme pour discuter de la question sahraouie chaque fois qu’il était auparavant convoqué par une organisation non africaine.

Avec la détérioration de la situation, près de 50 ans d’hostilité entre les pays se situent désormais sur le front militaire. Après que les forces marocaines ont lancé une opération pour évacuer les séparatistes sahraouis du point de passage de Kurkherat à la mi-novembre, les militants sahraouis ont de nouveau affirmé qu’une guerre avait éclaté entre Rabat et Policario, le groupe rebelle ayant été empêché d’entrer dans la zone.

Pas même une semaine ne s’est écoulée sans un nouveau rapport sur l’attaque contre le mur défensif du Maroc. Bien que le service de presse officiel de l’Algérie, Service de presse algérien, Prend généralement ces histoires, qui sont un mélange déroutant de faits et de fiction.

Ancienne animosité

Il est facile de voir que le Maroc ou l’Algérie ne veulent pas d’un conflit à part entière en raison des conséquences catastrophiques. Mais l’histoire a montré que les nations n’ont pas toujours eu un contrôle total sur leur propre agression, car les petites expansions se sont rapidement détériorées dans le passé.

READ  Un journaliste algérien libéré de prison après six mois - Channels TV

Cela n’a pas aidé l’Algérie à lancer une course aux armements fraternelle il y a 15 ans, ce qui a incité Rabat à le faire, car l’Algérie a acheté du matériel militaire de fabrication russe et le Maroc est retourné aux fournisseurs d’armes occidentaux. Les carrières des responsables de la sécurité marocains et algériens, dont certains ont été récemment nommés, sont structurées autour de la question sahraouie, créant ainsi de l’hostilité envers l’opposition.

Rapport Afrique Le rôle des forces dans le jeu et le risque de conflit entre les deux héros nord-africains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *