Le Maroc exhorte l’Algérie à respecter le droit à l’autodétermination de la région de la Kabbale

Le Maroc a réitéré son appel à l’Algérie pour qu’elle utilise la politique d’autodétermination du peuple Amasi dans la région de la Kabbale, “l’un des peuples les plus anciens d’Afrique”.

Omar Hilale, ambassadeur du Maroc auprès des Nations Unies, a fait ces remarques en réponse aux remarques du nouveau ministre algérien des Affaires étrangères Ramdane Lamamra, qui s’est retiré de l’ordre du jour de la réunion du MNA pour soulever la question du Sahara.

Il a parlé en faveur de l’Alliance américaine, mais a déclaré que le maintien d’une certaine indépendance n’était pas la solution.

Hilale a précisé que le Sahara est la partie la plus paisible du Sahara et de la région du Sahara et que la vie continue comme d’habitude.

Le séparatisme au Sahara a été créé par l’Algérie, la véritable partie au conflit, et a empêché tout progrès de l’ONU vers une solution politique mutuellement acceptable, a déclaré Hilale.

L’Algérie devrait cesser de se regarder dans le miroir et de se vanter de sa politique d’autodétermination pour servir son agenda dominant.

Si l’Algérie est vraiment attachée à cette politique, elle la gagnera chez elle et donnera aux peuples de la région de la Kabbale le droit de déterminer eux-mêmes leur sort, a-t-il déclaré.

Hilale a déclaré que le « peuple courageux de la Kabbale » méritait d’être indépendant, endurant la plus longue occupation de l’histoire africaine.

Ses commentaires indiquent une intrusion dans la politique étrangère de Rabat après l’échec de toutes les bonnes relations avec la direction belliciste algérienne.

Le quartier restructuré de Kabili est désormais le centre d’un mouvement pro-démocratie appelé Hirak.

READ  France 3-3 Suisse (la Suisse a gagné 5-4 aux tirs au but) : Kylian Mbabane a raté un tir au but décisif après un thriller de six buts | Actualités footballistiques

Le Mouvement de la Kabbale pour l’autodétermination, connu sous son acronyme français MAK, a organisé ces dernières années des rassemblements massifs dans les villes et villages de Kapilis pour réclamer l’indépendance de l’Algérie.

Les événements sanglants qui ont tué 125 jeunes en 2001 ont déclenché la naissance du mouvement pour le droit à l’autodétermination dans la région de la Kabbale, qui continue de prospérer parmi un grand nombre de migrants vivant en Algérie et en France.

Les partisans de son cas ont travaillé pour rendre la transcription réelle de cette déclaration disponible en ligne. Ils accusent le régime algérien de chercher à saper leur identité linguistique et culturelle en imposant une politique d’arabisation conjuguée à une marginalisation économique.

Les combattants de la liberté de la Kabbale soutiennent que leur région a été annexée par la France coloniale à un État algérien artificiel et que leurs dirigeants historiques qui se sont battus pour l’indépendance de la France ont été marginalisés par leur région dans l’Algérie post-indépendance.

Human Rights Watch, EuroMet Rights, Amnesty International et des militants de premier plan ont condamné la discrimination en Algérie à l’encontre des minorités Amasi (berbères) et ont appelé à l’abandon de toutes les charges retenues contre les militants détenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *