Le Mexique lutte pour arrêter les enchères d’art préhispanique en France mais en vain

La tentative du Mexique d’arrêter la vente d’artefacts préhispaniques a échoué mardi lors d’une vente aux enchères à Paris, en France.

L’ambassade du Mexique en France a déclaré dans un communiqué la semaine dernière qu’elle avait contacté le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères pour exprimer son inquiétude au sujet de deux ventes aux enchères vendant des objets de « notre patrimoine national ».

Il a souligné que la commercialisation d’artefacts archéologiques favorise la criminalité transnationale et crée un environnement favorable au pillage des biens culturels par le biais de fouilles illégales.

L’ambassade a déclaré avoir cité une lettre signée plus tôt cette année par des responsables mexicains et français pour renforcer la coopération contre la contrebande de biens culturels.

L’ambassade a également indiqué avoir écrit des lettres de protestation aux dirigeants des maisons de ventes Artcurial et Christie Paris, leur demandant d’annuler leurs enchères.

Mais la vente aux enchères de l’œuvre a eu lieu mardi à Paris, tandis que la vente de Christie’s devrait avoir lieu mercredi prochain dans la capitale française.

232 lots, dont plus de 40 pièces mexicaines, ont été vendus lors de la vente aux enchères d’ArtCurial « Antiquités, Islam et Art précolombien ». Résultats des ventes publiés sur le site Web de l’entreprise.

Les produits mexicains comprennent un vase maya « Jaguar » à 9 100 euros (10 550 $ US), une assiette en céramique Mixtech à 1 560 euros et un perroquet en céramique de Colima à 1 950 euros.

Vente aux enchères Christie’s à venir – « Art précolombien et chefs-d’œuvre de Dino de la collection Fior Arts » – Plus de 70 pièces mexicaines sont prévues pour être placées dans le bloc.

READ  La France a signalé plus de 43200 nouveaux cas de virus corona

Il s’agit notamment d’un masque Theodihukan vieux de 1 500 ans d’une valeur de 20 000 à 40 000 euros et d’une rare médaille maya d’une valeur de 100 000 euros.

Le ministre de la Culture Alejandro Frausto a écrit une lettre exhortant Christie à ne pas aller aux enchères à Paris.

Cette tasse maya s’est vendue 10 000 $ US.

« Le ministère de la Culture du gouvernement du Mexique exhorte Christie à suspendre la vente aux enchères et à réfléchir à la valeur historique et culturelle des articles », a-t-il écrit.

« … le gouvernement mexicain regrette et condamne avec véhémence la vente de telles pièces, qui, depuis 1827, sont interdites par la loi mexicaine et forment la propriété indivisible et indescriptible d’une nation non reconnue et illégalement séparée du territoire national. »

Le gouvernement a également demandé l’aide de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture pour arrêter la vente d’objets mexicains à l’étranger.

Les autorités n’ont pas réussi à arrêter la vente d’art mexicain lors de ventes aux enchères internationales dans des villes comme Paris et New York, mais les autorités italiennes sont intervenues en septembre et ont annulé la vente aux enchères à Rome.

Frosto a déclaré que l’action opportune de l’ambassadeur du Mexique en Italie Carlos Garcia de Alba et du chef de la police européenne Roberto Ricardi pour préserver le patrimoine culturel était importante pour arrêter la vente aux enchères.

Ricardi a ensuite été décoré de l’Ordre de l’Aigle aztèque, le plus haut ordre mexicain qu’un étranger puisse offrir.

Avec des rapports de AFP Et Pays

READ  L'ambassadeur d'Algérie annonce une visite en Algérie -Ennahar TV dépend de la courtoisie française

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *