Le ministre des Affaires étrangères Lamamra affirme que l’intégration de l’Algérie aux Nations unies se développera avec le soutien

Dubaï : Shervin Hajipour, dont la chanson virale est devenue l’hymne des manifestations anti-gouvernementales en Iran, a été arrêté par la police.

Le site d’information Radio Farda a déclaré que les accusations portées contre le jeune chanteur n’étaient pas claires.

Quelques jours avant son arrestation le 29 septembre, Hajpour a posté sur Instagram la touchante chanson décrivant la situation actuelle en République islamique, causée par la mort de Mahsa Amini alors qu’elle était détenue par la police des mœurs.

La chanson de Hajipur a été vue plus de 40 millions de fois sur Instagram et est devenue virale sur d’autres plateformes de médias sociaux avant d’être retirée.

Les paroles de la chanson de Hajipur ont été tissées à partir de tweets postés par des Iraniens après la mort d’Amini, dont beaucoup ont blâmé les dirigeants religieux du pays pour les problèmes sociaux, économiques et politiques actuels.

Lisez l’un des tweets sur la chanson de Hajipur : « C’est dommage qu’il n’y ait pas d’argent. »

Un autre tweet disait : « Par peur d’embrasser un amant dans la rue ».

Une autre partie des paroles disait : « Pour les prisonniers politiques.

Les autorités iraniennes ont également arrêté l’artiste, Donia Rad, selon Radio Farda, après avoir publié une photo d’elle en train de manger dehors à Téhéran sans foulard, et la photo s’est propagée sur les réseaux sociaux.

La sœur de Rad a affirmé que Donia avait été emmenée dans la tristement célèbre prison d’Evin à Téhéran.

READ  Les économistes mettent en garde contre la nécessité de prendre des mesures drastiques pour aider l'économie algérienne à se redresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.