Le nouveau gouvernement attend l’approbation finale du parlement – le chien de garde du Moyen-Orient

L’Anatolie a déclaré avoir demandé au président algérien Abdelmadjit Debn, ministre des Finances, Ayman bin Abdul Rahman, de former un nouveau gouvernement pour mettre en œuvre l’agenda du président après la victoire de ses fidèles aux élections législatives du 12 juin. Ben Abdul Rahman, 61 ans, est un technicien non partisan.

L’ancien Front de libération nationale au pouvoir a remporté 98 des 407 sièges de l’Assemblée nationale populaire. Les Indépendants occupent la deuxième place avec 84 sièges, le MSP avec 65 sièges et le Rassemblement National Démocratique (deuxième parti de l’ancienne coalition au pouvoir) avec 58 sièges.

Avec le Front conservateur du futur remportant 48 sièges et le Mouvement national islamique de construction 39 sièges, avoir une majorité simple au parlement signifie qu’une coalition d’au moins trois camps parlementaires est nécessaire pour atteindre la limite de 204 sièges.

La constitution, amendée le 1er novembre, donne au président deux options pour former un gouvernement à l’issue des élections législatives. L’article 103 stipule que « le gouvernement est dirigé par un Premier ministre si l’élection législative a une majorité présidentielle ». Ce dernier fait référence à une coalition parlementaire qui dispose d’au moins une majorité simple des sièges et approuve ou soutient le programme du président.

Dans le même article, le gouvernement est dirigé par un Premier ministre lors des élections législatives, de sorte que le camp parlementaire est isolé du programme présidentiel à majorité simple. À l’exception du Mouvement pour la paix, qui a refusé de participer au gouvernement, la plupart des partis ont déclaré leur soutien au plan.

READ  L'Algérie se retire des Jeux Olympiques en raison d'une rivalité avec les Israéliens

La constitution algérienne ne précise pas de date limite pour que le Premier ministre Ben Abdul Rahman forme son gouvernement. Le mot utilisé est « sans délai ». Cependant, Debowners espère former un gouvernement au cours de la semaine prochaine.

Le nouveau gouvernement devrait être basé sur une “allocation politique”, avec des présidents techniques prenant le contrôle des ministères souverains de la foi, notamment les ministres des Affaires étrangères, Sabri Boukatoum, de l’Intérieur, Kamal Beltjout et de l’Énergie, Mohamed Arkab. Les partis représentés au parlement devraient nommer des candidats potentiels aux postes gouvernementaux pour Ben Abdul Rahman et les répartir proportionnellement au nombre de sièges. Les indépendants seront également de la partie.

Le gouvernement proposé nécessite l’approbation du Président et du Cabinet et de deux chambres du Parlement, l’Assemblée populaire nationale et l’Assemblée nationale. Le Premier ministre devra démissionner si la chambre basse refuse d’approuver le plan du gouvernement. Si cela se produit, le parlement sera dissous et une autre élection aura lieu dans les trois mois.

C’est une période importante pour l’Algérie car les gens attendent une période de stabilité politique pour suivre l’élection.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *