Le nouveau groupe de travail examinera les régimes fiscaux du Manitoba dans le but de rendre l’économie plus concurrentielle : la province

La province affirme que la commission nouvellement créée se concentrera sur l’examen du cadre fiscal actuel du Manitoba, en se concentrant sur les moyens de rendre l’environnement économique du Manitoba plus concurrentiel.

La première ministre Heather Stephenson a déclaré que le Manitoba n’était pas aussi fiscalement favorable qu’il devrait l’être – un problème exacerbé par des facteurs liés à la pandémie affectant l’économie – et qu’il était à la traîne par rapport aux autres provinces.

« Alors que nous redescendons, cela nous empêche de développer notre économie ici parce que les entreprises choisissent d’aller ailleurs », a déclaré Stefansson lors d’une conférence de presse mercredi. « Nous améliorerons l’éducation, les services sociaux et les soins de santé en faisant croître notre économie.

Stefansson a annoncé la formation d’un comité consultatif économique et d’un groupe de travail sur la « compétitivité fiscale », composé de dirigeants du monde des affaires local pour conseiller le gouvernement. Il sollicitera les idées du milieu des affaires et fera rapport au Comité du Cabinet sur le développement économique.

Kurt Vossen, président et chef de la direction de Richardson International, agira à titre de coprésident.

Le comité comprendra également :

  • Bram Strain, président-directeur général du Manitoba Business Council.
  • Daniel Friedman, président et chef de la direction de Pavilion Financial Corp.
  • Dan McConnell, PDG de Northwest.
  • Jamie Brown, PDG et producteur exécutif, Frantic Films.
  • Daryl Levy, président et chef de la direction de Winward Insurance Group.
  • Chuck Davidson, président-directeur général, Manitoba Chambers of Commerce.
  • Tanya Labwick, présidente de la Chambre de commerce de Brandon.
  • Mark Jones, président de la Chambre de commerce de Winnipeg.
  • Dina Spiering, présidente-directrice générale de Economic Development Winnipeg.
  • John Hempeker, vice-président, Parrish et Hempeker.
  • Un représentant de la chambre de commerce d’origine (pas encore nommé).
READ  Dublin tombe dans la liste des meilleures villes en raison de l'épidémie

Strain a déclaré que le Manitoba s’appuyait traditionnellement sur certains avantages, tels que son emplacement, son économie diversifiée, son secteur hydroélectrique et son faible coût de la vie.

« Cela ne suffit plus », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse.

« Nous ne pouvons pas compter uniquement sur eux. Nous devons travailler encore plus fort pour améliorer notre compétitivité, attirer de nouvelles entreprises, créer des conditions propices au démarrage de nouvelles entreprises et favoriser la croissance des entreprises locales. »

Le ministre des Finances, Cameron Fresen, a déclaré que les systèmes fiscaux actuels du Manitoba – y compris le revenu des particuliers, les transferts fonciers, les ventes et la masse salariale – seront examinés par le Groupe de travail sur la fiscalité. L’accent sera mis sur la manière de mettre à jour et de modifier les cadres existants, c’est-à-dire de réduire les impôts.

Friesen a déclaré que le comté avait déjà réduit la taxe de vente provinciale, introduit l’indexation de l’exemption de base de l’impôt sur le revenu des particuliers et commençait à éliminer progressivement la taxe foncière scolaire.

Mais il a dit qu’il fallait faire plus pour rendre le système compétitif dans d’autres juridictions.

Le premier ministre a également cité les récentes annonces du conseil d’administration concernant le fonds de capital-risque de 50 millions de dollars, qui a été annoncé pour la première fois l’an dernier, comme une autre étape vers le soutien des entreprises du Manitoba.

Le nombre d’emplois au Manitoba a chuté de 10 000, ou 1,5 %, en août après avoir été stable au cours des quatre mois précédents, Selon Statistique Canada, publié le mois dernier. Le taux de chômage est monté à 5,3 %.

De gauche à droite : Bram Strain, président et chef de la direction du Manitoba Business Council, Elizabeth Savtyuk, vice-présidente des politiques et des relations gouvernementales du Manitoba, la première ministre du Manitoba Heather Stephenson, le ministre du Développement économique Cliff Collin et le ministre des Finances Cameron Friesen. Mercredi. (Radio-Canada)

Le vice-président des politiques et des relations gouvernementales de la Chambre de commerce du Manitoba a déclaré que le Manitoba doit créer des conditions plus favorables aux investissements s’il espère rivaliser avec d’autres provinces qui «nous surpassent».

« Lorsque nous interrogeons les chefs d’entreprise, ils soulignent que les charges sociales sont l’une des principales mesures que le comté peut prendre pour lutter contre la compétitivité », a déclaré Elizabeth Savtyuk.

« Nous félicitons ce gouvernement d’avoir relevé le seuil, mais cela reste un obstacle à la croissance, et nous nous félicitons d’une analyse plus approfondie », a-t-il ajouté.

Elle a noté qu’un trop grand nombre de diplômés postsecondaires quittent la province pour des juridictions où ils peuvent conserver une plus grande part de leurs revenus. Elle a cité le crédit d’impôt de base sur le revenu des particuliers du Manitoba – qui est d’environ 6 000 $ de moins que l’exemption de la Saskatchewan et le troisième plus bas au pays – comme facteur.

Le secrétaire au Développement économique, Cliff Collin, a également révélé que le comté mettra en place un système pour aider certaines petites entreprises à absorber les coûts associés à la dernière augmentation du salaire minimum.

Il est passé à 13,50 $ ce mois-ci, contre 11,95 $, ce qui demeure le deuxième plus bas au Canada.

Le gouvernement alloue 6 millions de dollars aux entreprises, aux organisations à but non lucratif et aux organismes de bienfaisance qui emploient jusqu’à 20 travailleurs pour demander une prestation de 50 cents par heure pour chaque travailleur employé entre le 1er octobre et le 31 mars 2023.

Colin a déclaré qu’il y a environ 15 000 employés qui gagnent le salaire minimum au Manitoba en ce moment, et environ les trois quarts des entreprises comptent 20 employés ou moins.

Stefansson a également été interrogé sur la possibilité de renouveler les restrictions COVID-19, suite à une suggestion plus tôt cette semaine du chef de la santé publique fédérale, le Dr Theresa Tam, selon laquelle il pourrait être judicieux de prendre certaines mesures pour soutenir le système cet automne en cas de propagation de COVID. -19 augmentations.

On a demandé à Stefansson à deux reprises si le Manitoba envisagerait d’imposer à nouveau des restrictions de santé publique si la COVID-19 devait à nouveau peser sur le système de santé.

Elle a tout de suite refusé de répondre et a ensuite quitté la scène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.