Le parti islamiste algérien rivalise avec le FLN pour soutenir la candidature de Debon |

Alger, Algérie

Une rivalité soudaine a éclaté entre les deux principaux partis politiques pro-régime en Algérie, le Mouvement de construction nationale, affilié aux Frères musulmans, et le Front de libération nationale (FLN).

Le FLN a récemment soutenu le président sortant Abdelmadjid Debon comme candidat à la prochaine élection présidentielle, tandis que le Mouvement de la construction nationale a invité le président sortant à briguer un second mandat. Pendant ce temps, Debon reste discret sur ses intentions, même si tout le monde en Algérie suppose qu’il va se présenter à nouveau et qu’il ne rencontrera aucun véritable challenger à sa candidature.

Dans un revirement d’attitude de la part des organisations loyalistes, le secrétaire général du Front de libération nationale, Abdelgrim Benmbarek, a officiellement invité Deboun à briguer un second mandat.

En réduisant ses distances avec le président, le FLN a emprunté une page de l’époque du défunt président Abdelaziz Bouteflika, où les partis loyalistes n’hésitaient pas à soutenir les aspirations actuelles à rester au pouvoir. C’est la première fois qu’un parti politique réclame le maintien du président Deboun au pouvoir. Tebboune lui-même a déjà tenté de se démarquer des forces loyalistes en rompant avec les traditions de l’ère Bouteflika.

La concurrence pour apporter un soutien politique et partisan au candidat attendu au pouvoir a maintenant éclaté ouvertement entre le mouvement de construction des Frères musulmans et le Front de libération nationale.

La « Coalition des pouvoirs majoritaires » récemment formée, composée de quatre membres, ne parviendrait pas à un consensus sur la position que les deux partis devraient adopter lors de l’élection présidentielle. Ils ont donc choisi des positions individuelles, généralement avec le désir d’apparaître comme les partisans les plus fidèles du régime.

READ  Pourquoi la France a signé l'accord d'exploration lunaire de la NASA est une signature encore plus importante

Les analystes algériens affirment que les cercles politiques influents, qui jouent le rôle d’intermédiaires dans les coulisses du régime, sont intéressés par la mise en place d’une structure politique qui soutienne les décisions présidentielles clés.

« Au nom de vous tous, nous nommons le président pour un second mandat, compte tenu de ses réalisations à plus d’un niveau », a déclaré Penmbarek lors d’une réunion du comité central du FLN.

Depuis son élection à la tête du parti, Penmbarek s’est efforcé d’améliorer les relations du parti avec le chef de l’Etat, dissipant ainsi les doutes sur la loyauté du parti envers Debon.

De tels doutes persistent depuis le scrutin de 2019, lorsque le FLN a soutenu la candidature d’Ezzedine Mihobi pour remplacer Debon, malgré d’anciens liens avec le Front de libération nationale.

Le leader du FLN a ajouté : « Notre parti est la principale force politique » et cette décision était « notre choix légitime et juste », a-t-il déclaré.

Le président Debon a signé il y a une semaine un décret invitant les électeurs à participer au scrutin présidentiel, mais n’a pas encore annoncé son intention de se présenter aux élections.

La Commission électorale a ouvert la porte aux candidats légitimes. À la fin de la semaine dernière, 15 personnes, dont trois femmes, avaient posé leur candidature aux plus hautes fonctions exécutives. La plupart des candidats sont des dirigeants peu connus de petits partis politiques. Aucune personnalité éminente n’a postulé correctement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *