Le plus grand parti islamiste refuse de rejoindre le nouveau gouvernement – The Middle East Monitor

Le Mouvement pour la paix (MSP), le plus grand parti islamiste d’Algérie, a annoncé mardi qu’il ne participerait pas au gouvernement formé à l’issue des récentes élections législatives. L’annonce a été faite par le chef du MSP Abdel Razak Magri après une réunion d’urgence du conseil (consultatif) de la Choura du mouvement, envisageant une opportunité de la présidence de participer au prochain gouvernement.

McGregor a déclaré que la décision avait été communiquée au président Abdelmadjit Deboun avant le communiqué de presse.

Sous la pression des protestations populaires contre son régime, Debவுn a accepté la démission du gouvernement du Premier ministre Apologiz Djராrt le 2 avril 2019, après avoir organisé les premières élections législatives depuis la démission du président Apologiz Bouteflika (1999-2019).

L’ancien Front de libération nationale au pouvoir a remporté 98 des 407 sièges de l’Assemblée nationale populaire. Les Indépendants occupent la deuxième place avec 84 sièges, le MSP avec 65 sièges et le Rassemblement national démocratique (deuxième parti de l’ancienne coalition au pouvoir) avec 58 sièges.

Avec le Front conservateur du futur remportant 48 sièges et le Mouvement national islamique de construction 39 sièges, avoir une majorité simple au parlement signifie qu’une coalition d’au moins trois camps parlementaires est nécessaire pour atteindre le seuil des 204 sièges.

A lire : L’Algérie arrête 35 personnes pour fraude électorale frauduleuse

READ  Les entreprises françaises s'engagent à augmenter et à diversifier leurs investissements en Arabie saoudite, déclare le ministre français du Commerce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *