Le premier lancement par équipage de la capsule Starliner de Boeing a été reporté sine die

Agrandir / Le vaisseau spatial Boeing Starliner est à la veille de sa première tentative de lancement en équipage au début du mois.

Miguel J. Rodriguez Carrillo/AFP via Getty Images

Le premier vol d’essai en équipage tant attendu du vaisseau spatial Starliner de Boeing Co. ne décollera pas comme prévu samedi et pourrait être confronté à un retard plus long alors que les ingénieurs évaluent une fuite persistante d’hélium du système de propulsion de la capsule.

La NASA a annoncé mardi soir le dernier retard du vol d’essai du Starliner. Les responsables prendront plus de temps pour examiner leurs options sur la manière de poursuivre la mission après la découverte d’une petite fuite d’hélium dans le module de service du vaisseau spatial.

L’agence spatiale n’a pas clarifié les options proposées, mais des sources ont déclaré qu’elles allaient du fait de faire voler le vaisseau spatial « tel quel », avec une compréhension approfondie de la fuite et la certitude qu’elle ne deviendra pas plus importante pendant le vol, jusqu’au retrait de la capsule de son emplacement. emplacement. Missile Atlas V et retourné au hangar pour réparation.

En théorie, la première option pourrait permettre une tentative de lancement la semaine prochaine. Cette dernière alternative pourrait retarder le lancement au moins jusqu’à la fin de l’été.

La NASA a déclaré mardi soir dans un communiqué : « L’équipe a tenu des réunions pendant deux jours consécutifs pour évaluer la justification du vol, les performances du système et la redondance. » « Il y a encore des travaux avancés dans ces domaines, et la prochaine opportunité potentielle de lancement est toujours en discussion. La NASA partagera plus de détails une fois que nous aurons une voie à suivre plus claire. »

Les retards ne sont pas nouveaux pour le programme Starliner, mais on ne sait pas encore comment ce retard se comparera aux revers précédents du vaisseau spatial.

READ  La découverte d'anciennes dents d'une jeune fille dans la grotte révèle le mystère des Dénisoviens, l'une des espèces sœurs de l'homme moderne

Des problèmes logiciels ont interrompu un vol d’essai sans pilote en 2019, obligeant Boeing à effectuer une deuxième mission d’essai. Le Starliner était sur la rampe de lancement lorsque les vérifications avant vol ont révélé des valves coincées dans le système de propulsion du vaisseau spatial en 2021. Boeing a finalement fait voler le Starliner lors d’une mission aller-retour vers la station spatiale en mai 2022. Inquiétudes concernant les parachutes et le ruban inflammable du Starliner à l’intérieur du vaisseau spatial retardé Cabine de l’équipage Le vol d’essai de l’équipage de l’été dernier jusqu’à cette année.

Boeing vise à devenir la deuxième entreprise à transporter des astronautes vers la station spatiale dans le cadre d’un contrat avec le programme d’équipage commercial de la NASA, après le début du service de transport d’équipage de SpaceX en 2020. En supposant un vol d’essai en équipage sans problème, la NASA espère évacuer le vaisseau spatial Starliner pour six personnes. Les vols de rotation d’équipage d’un mois vers la station spatiale commenceront l’année prochaine.

Dans la niche

Les ingénieurs ont remarqué pour la première fois une fuite d’hélium lors de la première tentative de lancement du vol d’essai en équipage du vaisseau spatial Starliner le 6 mai, mais les responsables ne l’ont pas considérée comme suffisamment importante pour arrêter le lancement. En fin de compte, un problème distinct avec une vanne de régulation de pression sur la fusée Atlas V de la sonde spatiale United Launch Alliance (ULA) a incité les responsables à annuler la tentative de lancement.

Les astronautes de la NASA Butch Wilmore et Sonny Williams étaient déjà attachés à leur siège à l’intérieur du vaisseau spatial Starliner sur la rampe de lancement de la station spatiale de Cap Canaveral en Floride, lorsque les autorités ont ordonné l’arrêt du compte à rebours le 6 mai. Wilmore et Williams sont rentrés chez eux à Houston en attendant l’opportunité de lancer le prochain Starliner.

READ  Une image obsédante capture un panache solaire d'un million de kilomètres: ScienceAlert

L’ULA a renvoyé la fusée Atlas V dans son hangar, où les techniciens ont remplacé la valve défectueuse à temps pour une autre tentative de lancement le 17 mai. La NASA et Boeing ont repoussé la date de lancement au 21 mai, puis au 25 mai, les ingénieurs évaluant une fuite d’hélium. La fusée Atlas V et le vaisseau spatial Starliner restent à l’intérieur de l’installation d’intégration verticale de l’ULA en attendant la prochaine opportunité de lancement.

Les ingénieurs de Boeing ont retracé la fuite jusqu’à une bride sur un actionneur du système de contrôle de réaction unique dans l’une des quatre chambres de poussée en forme de niche du module de service du Starliner.

Il y a 28 systèmes de propulsion à contrôle de réaction – essentiellement de petits moteurs de fusée – dans le module de service Starliner. En orbite, ces propulseurs permettent d’apporter de légères corrections à la trajectoire du vaisseau spatial et de l’orienter dans la bonne direction. Le module de service contient deux ensembles de moteurs plus puissants pour effectuer des ajustements orbitaux plus importants et des manœuvres d’abandon de lancement.

Le système de propulsion du vaisseau spatial est pressurisé à l’aide d’hélium, un gaz inerte. Les propulseurs brûlent un mélange propulseur toxique d’hydrazine et de tétroxyde d’azote. L’hélium est ininflammable, il est donc peu probable que même une petite fuite pose un problème de sécurité majeur sur Terre. Cependant, le système a besoin de suffisamment d’hélium pour pousser le propulseur des réservoirs de stockage internes vers les moteurs du Starliner.

READ  Le plus grand trou noir de la Voie lactée se cache près de la Terre

Dans un communiqué la semaine dernière, la NASA a qualifié la fuite d’hélium de « stable » et a déclaré qu’elle ne poserait pas de risque pour la mission Starliner si elle ne s’aggravait pas. Un porte-parole de Boeing a refusé de fournir à Ars des détails sur le taux de fuite d’hélium.

Si la NASA et Boeing parviennent à résoudre leurs préoccupations concernant les fuites d’hélium sans nécessiter de longues réparations, la Station spatiale internationale pourrait accueillir un véhicule Starliner pendant une partie du mois de juillet. Après avoir accosté à la station, Willmore et Williams passeront au moins huit jours dans le complexe avant de se séparer pour se diriger vers un atterrissage sur coussin d’air assisté par parachute dans le sud-ouest des États-Unis.

Après juillet, le calendrier est devenu chaotique.

La station spatiale compte une liste chargée de plusieurs membres d’équipage et véhicules cargo en visite en août, y compris l’arrivée d’une nouvelle équipe d’astronautes à bord du vaisseau spatial SpaceX Dragon et le départ d’un équipage au départ à bord d’un autre Dragon. Il pourrait y avoir une fenêtre supplémentaire pour que Starliner puisse s’amarrer à la station spatiale fin août ou début septembre avant le lancement de la prochaine mission cargo de SpaceX, qui occupera le port d’amarrage que Starliner doit utiliser. Le port d’amarrage rouvre à l’automne.

ULA souhaite également lancer d’autres missions hautement prioritaires à partir de la même plate-forme nécessaire au vol d’essai du Starliner. Plus tard cet été, l’ULA prévoit de lancer la dernière mission de l’US Space Force à l’aide d’une fusée Atlas V. Ensuite, ULA vise à lancer le deuxième vol d’essai de sa nouvelle fusée Vulcan Centaur – la remplaçante de la fusée Atlas V – en septembre prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *