Un rapport royal révèle qu’investir dans les entreprises dès les premières années peut stimuler l’économie


Les investissements du secteur privé dans les premières années pourraient ajouter « au moins 45,5 milliards de livres sterling de valeur » à l’économie britannique chaque année, selon une étude publiée par la Fondation caritative Prince et Princesse de Galles.

Ce total comprend 12,2 milliards de livres sterling en investissant dans l’amélioration de l’apprentissage et des compétences sociales des jeunes enfants plus tard dans la vie, en fournissant 16,1 milliards de livres sterling de soutien supplémentaire à mesure qu’ils vieillissent, et 17,2 milliards de livres sterling en aidant les parents et les tuteurs à accéder… aux opportunités d’emploi.

Fondation Royale du Prince et de la Princesse de Galles un rapport Il appelle les entreprises à investir dans des programmes qui améliorent l’accès à des services de garde d’enfants « de qualité, abordables et fiables » et améliorent les compétences sociales et émotionnelles des jeunes enfants.

Les membres d’un groupe de travail d’entreprises, mis en place l’année dernière par le Centre de la petite enfance de l’association, font partie des entreprises qui se sont déjà engagées à agir.

Cela inclut le groupe coopératif qui crée un fonds spécifique pour la petite enfance dans le cadre du programme de prélèvement des apprentis.

Le groupe LEGO fait don de 3 000 kits d’apprentissage aux prestataires de la petite enfance et NatWest étend son objectif de prêt pour le secteur de la garde d’enfants à 100 millions de livres sterling.

Parmi les autres membres de l’équipe de l’association figurent Aviva, Deloitte, Iceland Foods, IKEA et Unilever UK.

Christian Guy, PDG, a déclaré : « Certaines des plus importantes entreprises britanniques ont uni leurs forces pour lancer un appel de ralliement majeur à leurs collègues chefs d’entreprise afin qu’ils accordent la priorité aux jeunes enfants et à ceux qui s’en occupent – ​​pour le bien de notre société et de notre économie. » Du Royal Charitable Centre for Early Childhood.

READ  Que nous apprennent les images satellite sur l’économie algérienne ?

Le rapport a été bien accueilli par les dirigeants de la petite enfance, notamment le directeur général de la Early Years Alliance, Neil Leitch, qui a déclaré qu’il était « extrêmement positif de voir les entreprises de ce groupe de travail se rassembler et souligner à quel point les avantages de l’éducation préscolaire sont réels ».

« En outre, nous saluons les premières mesures prises par les entreprises au sein du groupe de travail pour garantir que l’éducation préscolaire soit une priorité tant sur le lieu de travail que dans l’économie, et nous espérons que cela inspirera d’autres à faire de même. »

Il a déclaré que le rapport devrait servir de « rappel » au gouvernement de la nécessité d’investir dans les premières années.

Il a ajouté : « Les avantages soulignés par le groupe de travail ne peuvent être obtenus sans un financement qui reflète le coût d’une éducation préscolaire de haute qualité, aujourd’hui et à l’avenir. »

Poornima Tanuku, directrice générale de la National Day Nurseries Association, a déclaré : « Les mesures contenues dans le rapport démontrent des approches innovantes pour soutenir le secteur de la part d’employeurs et d’entreprises majeurs tels que NatWest et Co-Operative, y compris des contributions aux frais d’apprentissage qui peuvent contribuer à stimuler le secteur. la main d’oeuvre. » Qui jouent un rôle actif dans l’enseignement et dans le soutien au développement de nos jeunes enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *