Les villageois algériens célèbrent le printemps avec un jeu de balle ancestral

BLIDA, ALGÉRIE –

Les villageois algériens célèbrent l’arrivée du printemps en courant dans les herbes hautes et en frappant la balle avec des bâtons de bois dans un jeu ancestral proche du hockey.

« Nous avons hérité de ce jeu de nos ancêtres amazighs », a déclaré Sid Ahmad Yetu, 22 ans, utilisant le terme local désignant le groupe ethnique également connu sous le nom de Berbères.

« Nous jouons sept fois par an, du début du printemps jusqu’en mai. »

Un vieux jeu appelé tagurt, qui signifie ballon, se transmet « de père en fils », explique Rabeh Zakmim, 68 ans.

« Aujourd’hui, nous l’enseignons à nos enfants », a-t-il ajouté, souriant aux enfants autour de lui qui pratiquent ce sport dans les hauts plateaux du nord.

Le tagoret a toujours été pratiqué parmi les Amazighs dans toute l’Afrique du Nord, avec des différences régionales dans les styles de jeu.

Les équipes utilisent de minces bâtons de bois pliés pour manipuler une boule de bois tissée à partir de branches d’arbre appelée cowra.

Habituellement, les équipes d’un même village jouent sur des terrains distants de plusieurs centaines de mètres.

Contrairement au hockey sur gazon, les joueurs peuvent marquer des points pour leur équipe en tenant le ballon à la main et en le lançant profondément dans le camp adverse.

Radhiya Beljetoi, chercheuse et historienne du patrimoine, déclare : « Le jeu est une extension de la nature. Il symbolise la joie et la bienvenue pour l’arrivée du printemps.

Le villageois Umar Darbal, 50 ans, fan de ce jeu, a déclaré : « Je fabrique le ballon avec des branches de bruyère… chaque semaine, nous jouons au printemps. »

READ  Le Maroc se retire du Championnat d'Afrique des nations face aux tensions en Algérie

Le contact physique direct est déconseillé, mais les jeux peuvent être physiques car il est permis de frapper les bâtons des autres joueurs.

Les habitants affirment que ce jeu est un moyen d’exprimer leur ressentiment et de régler des conflits cachés entre certains villageois.

« Certaines personnes passent une année entière sans se voir », explique Omar Hamadouch, 76 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *