Le Premier ministre déclare que la Norvège patrouillera ses sites pétroliers et gaziers avec l’aide d’alliés

OSLO, 30 septembre (Reuters) – La Norvège demandera l’aide de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de la France pour patrouiller les mers autour de ses plates-formes pétrolières et gazières, a déclaré vendredi le Premier ministre norvégien, au milieu de soupçons de sabotage après une fuite du pipeline Nord Stream plus tôt cette semaine.

Les pipelines russes Nord Stream 1 et Nord Stream 2 ont explosé cette semaine, déversant du gaz dans la mer Baltique au large du Danemark et de la Suède. Les sismologues ont enregistré des explosions dans la région.

L’Union européenne a déclaré que le sabotage était soupçonné d’avoir causé les dégâts, et le président russe Vladimir Poutine a accusé vendredi les États-Unis et leurs alliés d’avoir fait sauter les pipelines. Washington a déclaré qu’il était trop tôt pour confirmer s’il s’agissait d’un sabotage et a nié toute responsabilité. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

La Norvège, le plus grand fournisseur de gaz d’Europe et un important exportateur de pétrole, possède plus de 90 champs pétrolifères, dont la plupart sont reliés par un réseau de gazoducs d’environ 9 000 km (5 590 mi).

La Norvège renforce sa marine, ses garde-côtes et ses forces aériennes pour protéger le pétrole et le gaz.

« Nous sommes en dialogue avec nos partenaires concernant une présence accrue dans le secteur (offshore) norvégien et avons dit oui aux contributions de l’Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne », a déclaré le Premier ministre Jonas Gar Storre lors d’une conférence de presse.

« Il est naturel que nos alliés naviguent à côté de nos navires », a-t-il déclaré.

READ  Inondations à New York alors que la tempête Elsa devrait frapper

Stoyer n’a pas précisé le montant de l’aide que recevrait la Norvège, membre de l’OTAN qui ne compte que 5,4 millions d’habitants.

Il a réitéré qu’il n’y avait pas de menaces directes contre la Norvège ou les infrastructures norvégiennes, même s’il était prudent de renforcer la sécurité.

« Dans cette situation, il est plus sûr d’avoir des alliés », a déclaré Storr.

Samedi, le Premier ministre norvégien visitera le champ de Sleipner en mer du Nord, une source clé de gazoduc vers l’Europe.

« Je vais avoir un briefing et rencontrer le personnel sur scène. Il y en a beaucoup et ils sont importants », a déclaré Storey.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage de Victoria Clesti ; Montage par Terje Solsvik et Raisa Kasolovski

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.