Le Premier ministre palestinien déclare que les factions retourneront en Algérie la semaine prochaine

Le Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh a annoncé mardi que les factions nationales reviendraient en Algérie la semaine prochaine pour achever les précédents dialogues visant à parvenir à la réconciliation palestinienne.

S’exprimant au début du conseil des ministres, Shtayyeh a déclaré que plusieurs factions se rendront en Algérie la semaine prochaine à l’invitation du ministère algérien des Affaires étrangères et sous les directives du président Abdelmadjid Tebboune.

Le Premier ministre a salué l’initiative algérienne, exprimant son espoir que ces efforts conduiraient à « mettre fin à la division, à réaliser l’unité nationale et à renforcer la position palestinienne sur la fin de l’occupation, l’établissement d’un État palestinien indépendant avec Jérusalem comme capitale et l’établissement du droit de retour. »

Il a salué le soutien et l’opposition de l’Algérie à l’adhésion d’Israël à l’Union africaine.

En janvier, le gouvernement algérien a organisé une réunion des factions palestiniennes dans le but de parvenir à une réconciliation. Mais les factions palestiniennes n’ont réalisé aucune percée dans les pourparlers.

L’Algérie veut parvenir à une vision acceptable pour présenter un document à l’assemblée générale des factions avant la prochaine réunion de la Ligue arabe à Alger.

Le Fatah a insisté pour former un gouvernement d’unité qui adhère avant tout à la légitimité internationale, mais le Hamas veut des élections générales, y compris l’Organisation de libération de la Palestine, avant de procéder à tout accord.

Le Hamas rejette également la forme de gouvernement proposée par Abbas.

Les factions divergent sur le rôle de l’Autorité palestinienne à Gaza et sur le processus de reconstruction.

Le fossé entre le Fatah et l’opposition s’est intensifié après la réunion du Conseil central plus tôt en février.

READ  Les Délices transforme le "Winds of Change" par défaut en un programme en direct avec un message élargi

La dernière tentative de réconciliation en Égypte remonte à juin 2021, mais elle a été confrontée à des désaccords sur l’Organisation de libération de la Palestine, le gouvernement, les élections, les programmes et la reconstruction de la bande de Gaza.

Alors que le désaccord sur les élections générales se poursuit, l’Autorité palestinienne se prépare à la deuxième phase du scrutin en Cisjordanie sans le Hamas.

Le Premier ministre a exprimé son espoir que les élections législatives se tiendront démocratiquement dans tous les gouvernorats, y compris Jérusalem.

Shtayyeh a salué la décision de la Cour constitutionnelle sud-africaine, qui fait la distinction entre antisionisme et antisémitisme.

Il a décrit la décision comme « historique » et comme une victoire pour les principes des droits de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.