Le président algérien a indiqué que le régime syrien retournerait dans la Ligue arabe

Le président algérien a confirmé que la Syrie devrait participer au prochain sommet de la Ligue arabe, suscitant des spéculations selon lesquelles le régime d’Assad sera bientôt entièrement réorganisé dans le système régional, dix ans après sa suspension.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune appelle le régime syrien à revenir dans la Ligue arabe [Getty]

Lors du prochain sommet de l’organisation en Algérie en mars, le président algérien Abdelmadjit Debன்n a suggéré samedi le retour du régime du président syrien Bachar al-Assad dans la Ligue arabe.

Dans une interview à la télévision d’Etat algérienne, Debon a déclaré que « la Syrie doit être présente ». « Nous voulons [the meeting] Il doit être inclusif et une plate-forme pour réunir le monde arabe brisé. »

Les commentaires du président Debn ont alimenté les spéculations selon lesquelles la Syrie, représentée par le régime d’Assad, regagnerait le statut de membre à part entière de l’organisation lors du prochain sommet.

Le régime syrien n’a participé à aucun sommet de la Ligue arabe depuis novembre 2011, lorsque d’autres États arabes ont décidé de le suspendre de la Ligue lors d’une réunion d’urgence au Caire.

La décision a été prise de permettre au régime syrien de mener à bien la répression brutale de la révolution syrienne. En 2013, des représentants de l’opposition ont accepté le siège de la Syrie au sommet de la Ligue arabe au Qatar.

L’Algérie, ainsi que le Liban et le Yémen, faisaient partie de ceux qui se sont opposés à la suspension de 2011.

Mais après dix ans de conflit, de nombreux pays arabes voient son isolement comme une réaction à leurs intérêts économiques, alors que le régime prend le contrôle d’une grande partie de ce qui était autrefois des zones contrôlées par l’opposition.

READ  Holly Carpenter et James Cavanaugh ont été arrêtés lors d'un voyage en France

Craignant l’influence croissante de l’Iran dans la région, certains ont récemment exprimé le souhait de normaliser les relations diplomatiques avec le régime d’Assad, y compris les Émirats arabes unis – qui auraient poussé d’autres pays arabes à emboîter le pas.

Le ministre émirati des Affaires étrangères s’est rendu à Damas au début du mois de novembre, la visite de plus haut niveau d’un ambassadeur du Golfe en Syrie depuis 2011.

À la suite d’une rencontre entre le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shokri et le ministre syrien des Affaires étrangères Faisal Mehdad à New York fin septembre, l’Égypte s’est également engagée à aider la Syrie à revenir dans la Ligue arabe.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi a exprimé son intérêt personnel pour le retour de la Syrie dans la Ligue syrienne pour mettre fin aux effets des mouvements pro-démocratiques du printemps arabe qui ont secoué les deux pays en 2011.

La Jordanie a renoué ses relations avec la Syrie plus tôt cette année, comme en témoigne un appel téléphonique entre le roi Abdallah de Jordanie et le président Assad début octobre.

En septembre, la frontière entre les deux pays a été rouverte pour permettre la reprise des activités commerciales régulières, et la Jordanie a accueilli plusieurs visites de haut niveau de responsables syriens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.