Le président algérien rappelle le massacre français de la mosquée ottomane Ketzawa

Près de 4 000 fidèles qui protestaient contre la conversion de la mosquée en église ont été massacrés par les forces coloniales françaises au milieu du XIXe siècle.

La mosquée Ketsawa est une mosquée d’Alger, la capitale de l’Algérie. (Wiki Commons)

Construite à l’époque ottomane, la mosquée Ketsawa en Algérie n’est pas seulement l’un des monuments les plus importants du pays, mais aussi un témoin clé des crimes commis par l’administration coloniale française dans le pays.

Dans une interview accordée aux médias locaux le 11 octobre, le président algérien Abdelmadzi Deboun a fait un bilan officiel du massacre français de près de 4 000 fidèles pendant la période coloniale 1830-1962.

« La France nous a colonisés pendant 132 ans, et pendant de nombreuses années a vu des crimes horribles. Ne peut pas être détruit par de bonnes paroles.

La mosquée Ketsawa est une mosquée à Alger, la capitale de l'Algérie

Mosquée Ketsawa Une mosquée à Alger, la capitale de l’Algérie (Wiki Commons)

A Ketsawa, ils « tuèrent 4 000 fidèles entourés et détruits par l’artillerie ».

La mosquée Ketzawa a été construite en 1520 par le souverain ottoman de l’Algérie Khair al-Din (Hertin) Barberousse dans le célèbre quartier caspien d’Algérie.

Les archives historiques algériennes montrent que le souverain français de l’Algérie, le duc de Rovico, a décidé de convertir la mosquée en église à la fin de 1832.

Alors que les citadins campaient à l’intérieur du bâtiment pour protester, Roviko a démoli la mosquée, massacré ceux qui se trouvaient à l’intérieur et brûlé des exemplaires du Coran et du livre saint musulman.

La mosquée Ketzawa sur la côte méditerranéenne est un symbole majeur de l’indépendance algérienne, d’abord utilisée comme entrepôt militaire pendant l’occupation française et plus tard comme résidence pour les archevêques algériens.

Après la démolition de la mosquée en 1844, une grande église a été construite et le bâtiment est resté une cathédrale jusqu’à l’indépendance de l’Algérie en 1962.

La mosquée a été fermée en 2008 en raison des dommages causés par le tremblement de terre de 2003.

La mosquée a été rouverte en avril 2018 à la suite d’une reconstruction par l’Agence turque de coopération et de coordination (TIKA), selon le projet architectural ottoman d’origine, selon des historiens et des chercheurs de l’agence d’aide publique turque – l’Algérie et la Turquie.

Source : TRTWorld et agents

READ  L'escrimeur américain a quitté le village olympique en raison d'allégations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *