Le président algérien s'oppose à l'offre marocaine de zones de libre-échange au Sahel

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a pris une décision surprise le 12 février en proposant la création de zones de libre-échange avec cinq pays africains malgré la perte de terres dans la région du Sahel.

« L'Algérie créera des zones franches avec des pays frères en 2024 », a déclaré Debon lors d'un discours en visioconférence. « Nous commencerons par la Mauritanie, puis les pays du Sahel comme le Mali et le Niger, en dehors de la Tunisie et de la Libye », a-t-il annoncé lors d'une réunion du programme de développement économique de l'Union africaine, le Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).

Tebboune a présenté des plans ambitieux de développement des infrastructures et de partenariats public-privé pour attirer les investissements. Il a cité les projets en cours tels que la route transsaharienne et le gazoduc comme exemples de l'engagement de l'Algérie en faveur de l'intégration régionale.

L’Algérie perd du terrain au Sahel

Cela fait suite à un revers pour l’Algérie dans la région. En décembre, quatre États du Sahel ont rejoint la candidature du Maroc à l'accès à l'Atlantique et le Mali s'est retiré de l'accord de paix d'Alger, invoquant des « actions hostiles » de l'Algérie.

Cependant, la réponse de l'Algérie à l'initiative marocaine – qui aurait gelé les comptes de crédit du Mali, du Niger et du Burkina Faso – a suscité des critiques et soulevé des questions sur son rôle futur au Sahel.

L'annonce par le président algérien de zones de libre-échange intervient alors que le gouvernement de Nayemi annonce la visite au Maroc de son premier ministre et de son ministre de l'économie et des finances. Le Premier ministre sera accompagné d'une délégation de haut niveau comprenant le ministre d'État chargé de la Sécurité nationale et le ministre des Affaires extérieures.

READ  Visite du président de Sonatrach Dood et élaboration d'un code éthique

Contrairement au Maroc, qui a maintenu une position neutre lors des récents coups d’État militaires au Sahel, l’Algérie a condamné les coups d’État et utilisé son influence diplomatique pour réintégrer les présidents déchus, notamment au Mali et au Niger.

Lors du coup d'État au Mali, le Maroc « a appelé à la stabilité dans le pays, à ce que toutes les parties s'engagent dans un dialogue responsable, respectent l'ordre constitutionnel et protègent les acquis démocratiques ». Concernant le Niger, Rabat « a exprimé sa foi dans la sagesse du peuple et des forces actives du Niger, œuvrant pour réaliser les aspirations du peuple, protéger ses acquis et maintenir son important rôle régional constructif ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *