Algérie: l’affaire de corruption contre l’ex-ministre de la Culture a débuté dimanche

Le procès de 53 témoins dans le procès de l’ancienne ministre de la Culture Khaleda Dumi en lien avec des allégations de corruption sous le règne de l’ancien président Abdelaziz Boutfilika s’ouvre dimanche devant le tribunal Mistimener d’Alger.

Tommy, qui a été ministre de la Culture pendant 12 ans, a été accusé d’avoir gaspillé des fonds publics pour des événements culturels et d’avoir fait des concessions illégales.

Il est devenu le 12e ancien ministre à être détenu depuis la démission de Poutfilica en avril 2019 sous la pression des manifestants appelant à la destitution de l’élite dirigeante et à la poursuite des personnes soupçonnées de corruption.

La plupart des Témoins appartenaient au Département de la culture et des arts, notamment des responsables de programmes culturels, des responsables locaux et d’autres membres du personnel des gouvernorats où les événements ont eu lieu.

Selon le procès, des centaines de milliards ont été dépensés « sans responsabilité ni surveillance ».

Le procès a commencé jeudi après plusieurs retards. Tommy a déclaré qu’il n’exécuterait que les ordres de Podflika et n’interférait pas avec le financement fédéral.

« Je n’ai rien à voir avec l’argent dépensé lors des événements culturels et des festivals. Bref, cordialement, j’étais ministre, pas directeur exécutif », a-t-il déclaré au juge.

L’ancien ministre s’est dit touché par les campagnes médiatiques qui ont conduit à son arrestation, sans identifier ceux qui ont donné l’ordre de mener la campagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.