Le président chilien enquête après la fuite des Pandora Papers

Posté sur:

Aéroport de Santiago (AFP)

Le parquet chilien a ouvert vendredi une enquête sur la vente d’une société minière au président Sebastian Pinera par une société appartenant à ses enfants, qui figurait dans les fuites de Pandora Papers.

Le procureur général George Abbott a ouvert une enquête après que Pandora Papers a révélé que la Dominga Mining Company était vendue par une société “affiliée à la famille du président Pinara”.

Pinera a fait le pas, affirmant qu’il avait déjà plaidé non coupable lors du procès de 2017.

“Je suis convaincu que les tribunaux, comme ils l’ont déjà fait, veilleront à ce qu’il n’y ait pas de faute professionnelle et à mon innocence totale”, a déclaré Pinera.

La vente de la mine à l’un des amis proches de Pinera remonte à 2010, alors qu’il était président.

“En tant que président du Chili, je n’ai jamais pris aucune mesure ou administration liée à Dominga Mining”, n’a pas demandé Pinara aux journalistes.

Herrera a déclaré que le bureau du procureur avait décidé d’enquêter sur l’affaire car “la corruption, en fin de compte les infractions fiscales, toutes les choses feront éventuellement l’objet d’une enquête”.

L’affaire est poursuivie dans la région de Valparaiso, au nord de la capitale, Santiago.

Herrera a déclaré que les auteurs de corruption avaient été condamnés à cinq ans de prison.

CIPER et LaBot, qui font partie de l’Association internationale des journalistes d’investigation (ICIJ) connue sous le nom de Pandora Papers, ont vendu Dominga à l’homme d’affaires de Pinera Carlos Alberto Delano pour 152 $, selon deux enquêtes des médias locaux. Des millions sur un accord dans les îles Vierges britanniques, un paradis fiscal populaire.

READ  Jorge de Italia a choisi Jorge de Bennett sur le Tour de France

Lors de l’audience, il a été précisé que le paiement de plus de trois versements, le dernier versement “n’établit pas une partie de la protection de l’environnement dans la zone d’exploitation de la société minière, en fonction des demandes des militants écologistes”.

Selon l’enquête, le gouvernement Pinara n’a pas créé de zone protégée autour du site de la mine impliquée.

– ‘culture générale’ –

Lundi, Pinera a nié qu’il y ait eu un quelconque conflit dans les ventes de la mine.

Il a souligné que la lettre n’était pas le signal d’une enquête antitrust formelle sur les allégations, mais plutôt le signal d’une enquête antitrust formelle sur les allégations.

“La décision de la direction de vendre la mine de Dominga en 2010, je ne sais pas, devrait éviter toute trace de conflit d’intérêts”, estime Pinera, un millionnaire conservateur de 71 ans.

Il a déclaré que les informations contenues dans les Pandora Papers n’étaient “pas nouvelles” et étaient de notoriété publique depuis 2017.

“Cela a fait l’objet d’une enquête approfondie par le ministère de l’Administration publique et réglé par les tribunaux”, a-t-il ajouté.

Vendredi, cependant, Herrera a déclaré que la vente de la mine de Dominga n’était “pas explicitement incluse” dans l’affaire, qui a en fait été suspendue en 2017.

Dominguez possède deux mines à ciel ouvert dans le désert d’Atacama, à environ 500 miles[500 km]au nord de Santiago.

Un plan minier à cet effet a été approuvé par un tribunal régional, mais n’a pas encore été approuvé par la Cour suprême en raison d’appels.

Le projet comprenait la construction d’un port de fret à proximité d’un archipel, qui abrite une réserve de parc national où des espèces protégées, dont 80 pour cent des manchots de Humboldt, constituent la population mondiale.

READ  Meteor, de la taille d'un abricot tombe en France, commence une chasse à la roche spatiale

Lors de sa première présidence, Pinara a annoncé l’annulation de la construction d’une centrale thermoélectrique à proximité de la mine de Dominga, mais n’a pris aucune mesure pour protéger la zone.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *