Le programme nucléaire iranien franchit “toutes les lignes rouges”, selon le Premier ministre israélien

Posté sur:

Nations Unies (États-Unis) (AFP)

Le Premier ministre israélien Naphtali Bennett a déclaré lundi que l’Iran avait violé toutes les “lignes rouges” visant à freiner son programme d’armes nucléaires, mais ne permettrait pas à Israël de “bombarder Téhéran”.

Dans son premier discours à l’Assemblée générale des Nations Unies, Bennett a déclaré que la République islamique avait fait “un grand pas” ces dernières années dans sa capacité de production nucléaire et sa capacité d’armement pour enrichir l’uranium.

“Le programme d’armes nucléaires de l’Iran est à un tournant critique, et toutes les lignes rouges ont été franchies”, a déclaré Bennett en juin.

“La recherche d’armes nucléaires par l’Iran dans le monde semble être une réalité inévitable, un accord, ou ils semblent fatigués d’en entendre parler”, a déclaré le Premier ministre de 49 ans à l’Organisation mondiale.

“Israël n’a pas ce privilège. Nous ne pouvons pas nous fatiguer. Nous ne nous fatiguerons pas. Israël ne permettra pas à l’Iran d’acheter des armes nucléaires.”

L’Iran a réagi rapidement avec Majid Takht Ravanzi, l’ambassadeur de l’ONU, qui a déclaré sur Twitter que le discours de Bennett était “plein de mensonges”.

“Quand il y a des centaines d’armes nucléaires dans ce système, notre plan pacifique n’est pas en mesure de discuter”, a-t-il déclaré.

L’Iran, qui a déclaré que son programme nucléaire est à des fins civiles, devrait bientôt entamer des pourparlers pour renouveler un accord clé en 2015 qui réduirait son programme en échange d’un allégement des sanctions.

L’accord a vu les États-Unis commencer à chuter en 2018 et rétablir les sanctions. L’Iran a recommencé à augmenter ses activités nucléaires.

READ  L'Algérie touchée par des vagues de feux de forêt

– Après Netanyahu –

Le prédécesseur de Bennett, Benjamin Netanyahu, était au pouvoir de 2009 à juin.

Bennett, le faucon de la politique étrangère, et le gouvernement de coalition à huit partis idéologiquement divergents d’Israël s’opposent à l’accord nucléaire iranien, mais disent que ce n’est pas le cas. Non mentionné dans le texte.

Dans une rare interview avec un média étranger, le ministre israélien de la Défense Benny Kantz a déclaré à la Foreign Policy Press ce mois-ci que le gouvernement juif n’était pas opposé aux tentatives américaines de reprendre un accord de négociation avec l’Iran.

“L’approche actuelle des États-Unis pour remettre le programme nucléaire iranien dans une boîte, je suis d’accord avec cela”, ont déclaré certains experts israéliens au journal Kantz comme un changement de politique.

Mais Kants a clairement indiqué qu’Israël s’attendrait à un “plan B potentiel dirigé par les États-Unis” si les pourparlers échouaient.

Bennett n’a pas commenté publiquement l’accord réactivé avec l’Iran, mais a critiqué Netanyahu comme un “écart” entre la rhétorique de l’ancien dirigeant sur l’Iran et la réalité.

Il a déclaré à l’ONU que l’Iran avait “enrichi de l’uranium à 60%, ce qui est un recul par rapport aux matériaux de qualité militaire” et qu’ils le quittaient.

Les États-Unis et l’Union européenne ont exhorté lundi l’Iran à autoriser l’Iran à accéder au site nucléaire, tandis que Téhéran a fait valoir que l’installation était exemptée d’un récent accord avec l’organisme de surveillance de l’ONU.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), basée à Vienne, a déclaré que contrairement à l’accord du 12 septembre avec l’Iran, elle s’était vu refuser l’accès « essentiel » à l’usine de fabrication de composants centrifuges de Dessa Garaj près de Téhéran.

READ  Maroc : l'Algérie met fin aux relations diplomatiques avec Lamara

L’ambassadeur d’Iran auprès de l’AIEA, Qasem Karibabadi, a nié ces allégations, affirmant que le rapport de l’AIEA était “inexact et au-delà des termes convenus”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *