Le retour du « califat », sans véritables personnes impliquées

Alors que Logan se mobilise pour sa défense, il s’appuie sur le président américain fictif de la série, un républicain invisible qu’il appelle avec dérision « The Raisin ». En fin de compte, les raisins secs sont des raisins, et les raisins sont destinés à être foulés. Ou semé, quand les anciens arrêtent de donner du jus.

À l’approche des élections, Logan – qui possède un réseau d’information de type Fox avec un pouvoir conservateur de redevances – commence à tester les candidats, y compris un personnage quasi-fasciste joué par Justin Kirk. Pour Logan, le leader du Monde Libre, comme il le décrit dans la saison 1, est essentiellement un « apprenti ». Cela peut expliquer son mépris pour les ambitions présidentielles de son fils aîné, Connor (Alan Rock) : le rêve de Connor n’est pas seulement absurde, il vacille.

Y a-t-il quelqu’un qui est bon dans tout ça ? Schiff, autrefois conseillère politique aux principes modestes, a des idéaux auxquels elle s’en tiendra plus longtemps que le reste de la famille royale, avant de les jeter comme une flûte à champagne sur le plateau du serveur. Roman est un gobelin irrésistible, mais son statut éternel de plaisanterie et de non-blague le rend subtilement plus dangereux, comme un mème Internet vers 2016.

Loin du noyau familial, vous ne pouvez accéder à des personnages moralement faibles que comme vous ou moi le ferions si vous étiez jeté dans ce monde. Le mari de Schiff, Tom (Matthew Macfadyen), est un expatrié avec une conscience tourmentée de son caractère dispensable. Greg (Nicholas Brown), un cousin d’une branche pauvre de la famille, est très irritable, un ver qui s’enroule constamment pour éviter l’hameçon et se tord probablement à quelques centimètres au-dessus de la ligne de pêche.

READ  Algérie : Tebboune - des citoyens souverains pour choisir leurs représentants au Parlement

Le malheur de Greg le rend sympathique, mais est-il respectueux ? Son grand-père Ewan (James Cromwell), le frère amer de Logan, lui dit dans la nouvelle saison qu’il est « au service d’une institution brutale ». Ewan est peut-être un reproche chevaleresque – il est le personnage de principe et le moins connu de la série – mais il n’a pas tort.

C’est le « califat » pour vous. Les meilleurs manquent de charisme, tandis que les pires sont pleins d’esprit et d’intensité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *