Le roi du Maroc soutient le rétablissement des relations diplomatiques avec l’Algérie | L’actualité des conflits frontaliers

Le roi dit vouloir rétablir des relations normales avec l’Algérie, qui a coupé les ponts en août dernier sur le territoire contesté du Sahara occidental.

Le roi du Maroc Mohammed VI a appelé au rétablissement des relations diplomatiques avec l’Algérie voisine, qui a rompu les relations diplomatiques avec Rabat l’année dernière.

Lors de la traditionnelle allocution marquant samedi le 22e anniversaire de son accession au trône, Mohamed s’est dit impatient d’établir des relations normales avec le président algérien Abdelmadjid Tebboune entre les « deux peuples frères ».

« Je souligne une fois de plus que les frontières séparant les frères marocains et algériens ne seront jamais des barrières empêchant leur interaction et leur compréhension », a déclaré le roi.

Il a exhorté les Marocains à « préserver l’esprit de fraternité, de solidarité et de bon voisinage envers nos frères algériens », décrivant les deux pays comme plus que voisins.

« Nous considérons la sécurité et la stabilité de l’Algérie comme faisant partie de la sécurité et de la stabilité du Maroc », a déclaré Mohamed. « Ce qui affecte le Maroc affectera aussi l’Algérie, car ce sont des jumeaux complémentaires. »

Le Maroc et l’Algérie sont depuis longtemps en désaccord sur le territoire contesté du Sahara occidental, où le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, cherche à s’affranchir du régime de Rabat.

L’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021, accusant Rabat d’avoir commis des « actes hostiles ».

Rabat a déclaré que la décision était « totalement injustifiée ».

La frontière entre l’Algérie et le Maroc est fermée depuis 1994.

Le statut contesté du Sahara occidental – une ancienne colonie espagnole désignée par les Nations unies comme un « territoire non indépendant » – oppose le Maroc au Polisario depuis les années 1970.

READ  Tebboune Algérie qui s’éloigne de plus en plus de...

Rabat, qui contrôle près de 80 % du territoire, pousse à l’autonomie sous sa souveraineté.

Cependant, le Polisario veut organiser un référendum parrainé par l’ONU pour l’autodétermination.

Washington a soutenu la souveraineté du Maroc sur la région dans un accord de 2020 qui a également vu Rabat normaliser ses relations avec Israël.

L’Algérie, qui soutient la cause palestinienne en plus du front, en a profité pour critiquer la coopération militaire croissante du Maroc avec Israël, qu’elle qualifie d' »entité sioniste ».

Se référant aux « allégations selon lesquelles les Marocains insultent l’Algérie et les Algériens », Mohamed a déclaré qu’elles sont l’œuvre « d’individus irresponsables essayant de semer la discorde ».

« Ces commérages sur les relations maroco-algériennes sont absolument dénués de sens et franchement épouvantables », a-t-il ajouté.

« Nous ne pourrons pas relever les défis internes et externes sans promouvoir la stabilité sociale et renforcer l’économie. »

Le roi a également profité du discours de samedi pour s’engager à réformer le droit de la famille en faveur des droits des femmes, de la protection sociale et du contrôle des prix à une époque de montée de l’inflation.

Il s’est également engagé à redoubler d’efforts de vaccination pour lutter contre le COVID-19, remerciant le secteur de la santé, les forces de sécurité et les autorités publiques pour le « dévouement et l’esprit de responsabilité » dont ils ont fait preuve pendant la pandémie.

Le roi réformiste, 58 ans, dirige le Maroc depuis juillet 1999, date à laquelle il a succédé à son père, Hassan II.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *