Le Trésor relance une tentative de révision des impôts tous les trois ans

Économie

Le Trésor relance une tentative de révision des impôts tous les trois ans


attendre

Ukur Yatani, secrétaire de cabinet du ministère du Trésor national et de la Planification. image | François Ndereto | NMG

BDgeneric_logo

Résumé

  • Le secrétaire au Trésor, Ukur Yatani, a déclaré que le cadre de la politique fiscale nationale, en cours d’élaboration, apporterait une certitude en matière d’impôts qui, selon les chefs d’entreprise, les aiderait à mieux planifier.
  • En 2018, la direction du Trésor a révélé son intention de préparer le projet de loi de finances tous les trois ans.
  • Le prélèvement fiscal utilise une taxe annuelle d’ajustement en fonction de l’inflation qui affecte les biens transférables en tant qu’outil d’amélioration des revenus.

Le Trésor a relancé un plan qui visait à modifier les procédures fiscales après trois ans au lieu d’examens annuels pour améliorer la prévisibilité et la stabilité de l’environnement des affaires.

Le secrétaire au Trésor, Ukur Yatani, a déclaré que le cadre de la politique fiscale nationale, en cours d’élaboration, apporterait une certitude en matière d’impôts qui, selon les chefs d’entreprise, les aiderait à mieux planifier.

« Le gouvernement élabore une stratégie de recettes à moyen terme qui définit des actions et des stratégies de politique fiscale pour augmenter les recettes de manière durable à moyen terme et qui garantira une certitude continue dans le maintien des taux d’imposition à des niveaux stables grâce à divers documents politiques », a déclaré Yatani en 2022. Déclaration de politique budgétaire.

En 2018, la direction du Trésor a révélé son intention de préparer le projet de loi de finances tous les trois ans.

Le projet de loi, qui prévoit les modalités fiscales de financement du budget de l’État, est généralement revu annuellement et soumis à l’approbation de l’Assemblée nationale avant le début de l’année fiscale.

Le plan, s’il est mis en œuvre, serait bien accueilli par la communauté des affaires qui, depuis des années, réclame un régime fiscal prévisible et stable pour aider les entreprises à planifier des stratégies d’investissement à long terme.

Certaines des mesures fiscales prises par le Trésor ont surpris les entreprises et déclenché de vives protestations car elles sont mises en œuvre quelques semaines ou mois après leur approbation par les législateurs.

Plus tôt dans l’année, East Africa Breweries Limited et Coca-Cola ont fait pression en vain auprès des députés pour qu’ils révisent les modifications annuelles de la taxe d’accise et des taxes d’accise tous les deux et trois ans, respectivement.

« L’ajustement inflationniste semble être une pratique annuelle. Ce n’est pas durable », a écrit Phyllis Wakiaga, PDG de la Kenya Manufacturers Association, dans une lettre adressée plus tôt au commissaire général de la KRA, Githi Mburu.

« Si cette tendance n’est pas stoppée, les fabricants de produits soumis à accises seront contraints de fermer leurs portes et le Kenya deviendra un importateur net des produits en question.

Les prélèvements fiscaux utilisent la taxe annuelle d’ajustement en fonction de l’inflation qui affecte les biens déductibles comme un outil d’augmentation des revenus dans un pays où moins de la moitié des contribuables éligibles se conforment, laissant ceux sur la taxe nette supporter la majeure partie du fardeau.

Les fabricants touchés par les impôts indirects se sont opposés aux ajustements annuels de l’inflation, arguant qu’ils entraînent une instabilité des prix et faussent l’inflation globale.

Les sociétés ont également fait valoir que l’incertitude concernant le taux annuel de variation les empêcherait de prendre des décisions d’investissement à long terme.

[email protected]

READ  Fiche pays du SMIAR : Algérie 02 août 2021 - Algérie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *