Le verre est à moitié plein pour les hôtels de Cannes alors que les invités du festival reviennent après une absence en 2020

Après avoir poussé COVID-19 dans sa course estivale en 2020, l’hôtel-restaurant confortable de Cannes se prépare pour le retour du plus grand festival du film du monde le mois prochain alors que les réservations montent en flèche – mais le statu quo ne l’est pas.

L’événement de cette année se déroule du 6 au 17 juillet, et avec la levée du couvre-feu en France contre les coronavirus la semaine dernière, les visiteurs – bien que soumis à des règles strictes de distanciation sociale et de contrôle des infections – doivent pouvoir socialiser 24 heures sur 24. “(On s’attend) à une vraie renaissance”, a déclaré Annie Courtad, depuis le balcon bondé de son restaurant en bord de mer, la Plage de Festival.

“L’année dernière, nous avons eu une saison sans festival, donc pour nous c’est vraiment une période lumineuse pour l’économie et la ville.” Sean Penn et Wes Anderson sont parmi les frappeurs hollywoodiens de premier plan en lice pour la Palme d’Or au festival, mais avec certaines restrictions de voyage internationales toujours en place, une proportion plus importante que d’habitude de visiteurs devrait être française plutôt que élevée. dépenser des étrangers.

“Auparavant, 50% de nos clients étaient internationaux et 50% étaient locaux”, a déclaré Lucille Valgiers à Reuters dans l’élégant hall de l’hôtel Croisette Beach Can MGallery dont elle est directrice générale. “Les Américains, les Britanniques et les Italiens qui étaient ici pendant les (précédents) festivals nous manquent bien sûr.”

Courtade estime que “la tasse est à moitié pleine” – “il n’y aura pas de soucis (santé et sécurité)” – bien que le manque d’invités de l’extérieur soit préoccupant. “Il y a encore beaucoup de touristes (étrangers) portés disparus…”, a-t-elle déclaré. “Nous les accueillerons à bras ouverts, car sans eux, la Côte d’Azur n’est pas la Côte d’Azur.”

READ  Michael Ulis: Crystal Palace signe un joueur né au Nigéria pour 8 millions de livres sterling

(Reportage par Michaela Cabrera et Eric Gillard ; Montage par John Stonestreet)

(Cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux partagé.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *