L’économie ougandaise a augmenté jusqu’à 28 % grâce à des entreprises non constituées en société

Ces opérations non enregistrées, qualifiées d’entreprises informelles, contribuent pour une très grande part à l’ensemble de l’économie ougandaise, comme le montre le rapport annuel sur les performances du ministère des Finances 2021/22.

Selon cette étude, ces entreprises informelles ne sont enregistrées nulle part dans les registres nationaux et locaux et n’ont pas de comptes bancaires désignés, même si l’étude a montré qu’elles contribuent à hauteur de 29 % au PIB du pays.

En conséquence, le ministère a indiqué qu’au lieu de facturer légalement ces entreprises, il serait raisonnable de légaliser ces entreprises.

Le ministère a décidé que ce serait une stratégie plus efficace pour l’économie ougandaise d’accélérer l’octroi de licences à ces entreprises non enregistrées en facilitant les processus d’enregistrement et en rapprochant les services de la population.

À partir de ce moment, l’administration de l’État a déjà commencé à assouplir un certain nombre de protocoles restrictifs qui empêchaient les propriétaires d’entreprises locales de suivre la voie légale.

Un certain nombre de lois réglementaires sur l’enregistrement des entreprises ont été réformées pour faciliter l’enregistrement des entreprises, les procédures d’insolvabilité et le processus de protection du droit d’auteur.

Selon l’agence de presse ougandaise, The MonitorAu début de l’année dernière, le gouvernement a lancé le Business Development Services Framework qui visera, entre autres, à fournir des services non financiers pour aider les entrepreneurs et les entreprises informelles à améliorer leurs performances, faciliter l’accès aux marchés et améliorer la compétitivité grâce, par exemple, à For exemple, le conseil aux entreprises, le mentorat, l’incubation et le coaching.

READ  L'économie mondiale entre peut-être dans une ère difficile et les économistes s'inquiètent

Le poste a également notéLe ministère des Finances a également indiqué que le temps nécessaire pour créer une entreprise avait diminué à la fin de l’année dernière, passant de quatre heures au cours de l’exercice 2020/21 à trois heures, tandis que le coût de création d’une entreprise (en pourcentage du revenu par habitant ) était de 0,03 % par habitant, ce qui est bien en deçà de l’objectif et de la performance de l’an dernier. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *