L’économie thaïlandaise devrait croître de 3,0 à 3,5 % cette année, le baht pour stimuler les exportations

BANGKOK (Reuters) – L’économie thaïlandaise devrait encore croître de 3,0% à 3,5% cette année, a déclaré mercredi le ministre thaïlandais des Finances, tandis qu’un baht faible favorise les exportations, la monnaie thaïlandaise oscillant près de son plus bas niveau en 16 ans par rapport au dollar. .

Les exportations, un moteur clé de la croissance thaïlandaise, devraient augmenter de 8% cette année, a déclaré le ministre des Finances Arkhum Termpitiyabaisth lors d’un séminaire d’affaires.

« Mais des problèmes de chaîne d’approvisionnement, tels que les secteurs de l’automobile et de l’électronique, empêchent les exportations de croître à leur plein potentiel », a-t-il déclaré.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

La deuxième économie d’Asie du Sud-Est est toujours en reprise, stimulée par la hausse des exportations et la reprise du secteur vital du tourisme après la pandémie. La croissance de 1,5 % enregistrée l’an dernier était parmi les plus faibles de la région.

La prévision de croissance d’Arkhom pour 2022 est en ligne avec un groupe d’activités combiné leader et comparée à la croissance de 3,3% prévue par la banque centrale.

« Bien que la reprise ne soit pas très rapide, c’est une nette reprise », a-t-il déclaré.

Alors que la Thaïlande fait face à une inflation élevée et à une monnaie faible, la Banque de Thaïlande (BOT) a relevé son taux directeur d’un quart de point au cours des deux derniers mois, pour assurer la poursuite de la reprise.

L’inflation globale a été plus faible que prévu en septembre, ralentissant par rapport au mois précédent, mais des prix à la consommation supérieurs à l’objectif ont renforcé les attentes d’une hausse des taux d’intérêt de la banque centrale en novembre.

READ  Il faudra à l'économie jusqu'en 2035 pour surmonter les pertes de Covid: RBI

La porte-parole du gouvernement, Anocha Purabachisiri, a déclaré mercredi que le gouvernement n’interviendrait pas dans le travail du BOT, mais permettrait au ministère des Finances de l’étayer par des informations.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Rapport) Préparé par Orthai Sriring, Kitivong Thaicharon et Sattawasin Staporuncharnchai ; Montage par Martin Petty

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.