Le Parlement est en crise – L’Irak s’engage à élire un nouveau président

Le bureau du président du Parlement irakien, Muhammad al-Halbousi, a déclaré que la Chambre des représentants se réunirait jeudi pour « élire le président », dans une décision surprenante vue comme une tentative de mettre fin à des mois d’impasse politique.

Le pays riche en pétrole mais déjà troublé a fait trois tentatives infructueuses cette année pour élire un nouveau chef d’État, en février et mars.

Plus d’un an après les dernières élections générales en Irak, le bureau d’Al-Halbousi a déclaré mardi que la session parlementaire après deux jours aura « un point à l’ordre du jour, l’élection du président de la République ».

Les Irakiens ont voté pour la dernière fois le 10 octobre 2021 lors d’élections générales qui ont été le résultat d’une vague de manifestations de masse contre la corruption endémique, le chômage endémique et la détérioration des infrastructures.

Avant l’annonce d’al-Halbousi, la mission de l’ONU a exhorté les factions politiques à mettre fin à l’impasse, avertissant que « le temps presse en Irak ».

Le pays n’a pas encore formé de nouveau gouvernement après les élections de 2021, laissant le Premier ministre par intérim Mustafa al-Kadhimi au pouvoir.

Les factions politiques chiites rivales de l’Irak se disputent l’influence et le droit de choisir un nouveau Premier ministre et de former un gouvernement.

La confrontation a vu les deux parties mettre en place des camps de protestation et a parfois déclenché des affrontements sanglants dans les rues de Bagdad.

D’un côté, l’influent religieux Muqtada al-Sadr, qui veut dissoudre le parlement et organiser de nouvelles élections.

De l’autre côté se trouve le cadre de coordination – une alliance de factions chiites fidèles à l’Iran, y compris d’anciens groupes paramilitaires qui veulent un nouveau gouvernement avant la tenue de nouvelles élections.

READ  Comment la jeunesse sri-lankaise fait-elle face à la crise économique ?

Les tensions se sont intensifiées le 29 août lorsque plus de 30 partisans d’al-Sadr ont été tués lors d’affrontements avec des factions soutenues par l’Iran et l’armée dans la zone verte de Bagdad, le gouvernement fortifié et le quartier diplomatique de la capitale.

crise étouffante

L’actuel président, Barham Salih, a appelé, le 30 août, à « de nouvelles élections anticipées selon un consensus national », estimant qu’elles pourraient offrir « une issue à la crise étouffante ».

Le poste honorifique de président irakien est traditionnellement réservé aux Kurdes

Il revient généralement à l’Union patriotique du Kurdistan (UPK), tandis que le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) garde le contrôle des affaires du Kurdistan autonome dans le nord de l’Irak.

Mais le PDK lorgne également vers la présidence et pourrait présenter son candidat jeudi.

Il y a actuellement deux prétendants clairs : le président de l’UPK Salih et l’actuel ministre de l’Intérieur du Kurdistan Ribar Ahmed du PDK.

Sajjad Jiyad, chercheur au groupe de réflexion Century International, a déclaré qu’il s’attendait à un quorum – 220 des 329 législateurs au parlement – et à un vote pour aller de l’avant.

Mais il a déclaré à l’AFP que beaucoup dépendait de la capacité de l’UPK et du PDK à faire des concessions.

Le cadre (de coordination) a-t-il réussi à convaincre l’UPK et le PDK de parvenir à un accord ?

« Y aura-t-il un candidat ? Sera-ce Barham ? Ou deux candidats Barham et quelqu’un soutenu par le PDK ? » il a dit.

Une fois que le Parlement a élu un nouveau président, cette personne doit alors nommer un Premier ministre, qui est choisi par la plus grande coalition au Parlement.

READ  Les pays du Golfe s'intéressent à une centrale électrique égyptienne et à une société pétrolière dans le cadre de promesses d'investissement

Jiyad a déclaré que si un président est élu, le candidat probable au poste de Premier ministre sera Muhammad Shi’a al-Sudani, le choix du cadre de coordination pour le poste.

« Il est peu probable que les sadristes soient satisfaits de cela », a déclaré Jiyad.

Peut-être encourageront-ils les manifestations et prépareront-ils les prochaines élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.