Les Alpes françaises et Salt Lake City accueilleront probablement les Jeux d’hiver de 2030 et 2034 – NBC Boston

On s’attendait à ce que Salt Lake City soit privilégiée pour accueillir les Jeux olympiques d’hiver de 2034. La surprise a été que le Comité international olympique a préféré mercredi la candidature des Alpes françaises pour accueillir l’édition 2030.

Dans le but de finaliser l’organisation des Jeux d’hiver consécutifs l’année prochaine, la commission exécutive du Comité international olympique a décidé d’entamer des négociations exclusives avec les responsables olympiques en France et aux États-Unis concernant Salt Lake City.

Salt Lake City était seule dans la course pour 2034 pour ramener les jeux à l’Utah, qui a accueilli les Jeux d’hiver en 2002, et le soutien à la candidature américaine a été salué mercredi à tous les niveaux du gouvernement, jusqu’au président Joe Biden.

« Il prendra en charge toutes les dépenses », a déclaré Karl Stoess, membre du CIO, qui a présidé le comité olympique évaluant les candidats potentiels, ajoutant : « Ils occupent vraiment une position très forte derrière ces Jeux. »

La candidature française, qui associe la région alpine enneigée et la station balnéaire de Nice sur la Côte d’Azur, s’est réunie seulement ces derniers mois pour rivaliser avec la Suède et la Suisse pour le soutien du Comité international olympique.

Le CIO oriente également désormais la candidature suisse vers les Jeux olympiques de 2038 sur un mode de « dialogue distinctif ».

En traçant l’avenir des Jeux olympiques d’hiver sur près de deux décennies, il semble que la prochaine opportunité pour l’Asie d’accueillir les Jeux olympiques d’hiver aura lieu en 2042 – peut-être à Sapporo, au Japon ou même en Arabie Saoudite, qui construit la station de ski de Trogena. Organiser les Jeux asiatiques d’hiver de 2029.

READ  L'Algérie versera aux jeunes chômeurs 41 500 nairas, l'équivalent d'une allocation mensuelle

le Le mois dernier, le Comité International Olympique visait à obtenir une double récompense Le pays hôte des Jeux de 2030 et 2034 sera choisi ensemble en juillet, lorsqu’une centaine de membres se réuniront à Paris à la veille des Jeux d’été.

La victoire partielle de la France mercredi était une victoire totale pour le président du Comité national olympique, David Lappartient, chef de l’instance dirigeante du cyclisme.

Lappartient s’est efforcé d’établir des relations étroites avec le président du CIO, Thomas Bach, avant même l’année dernière, lorsqu’il est devenu l’un des quelque 100 membres du CIO.

Ce sera la quatrième fois que la France accueillera les Jeux olympiques d’hiver, après Chamonix en 1924, Grenoble en 1968 et Albertville en 1992.

La méthode moderne de sélection du pays hôte des Jeux Olympiques laisse les membres du CIO faire un choix unique présenté par la commission exécutive présidée par Bach.

Les Jeux d’hiver de 2030 n’auront lieu que dans six ans, ce qui en fait déjà la dernière décision d’accueil des Jeux olympiques prise au cours des dernières décennies. La décision sera prise en juillet prochain, soit un peu plus de 5 ans et demi avant la cérémonie d’ouverture prévue.

Sapporo, favori de longue date pour 2030, s’est estompé et a été officiellement retiré le mois dernier alors que le sentiment du Japon à l’égard des Jeux olympiques s’est détérioré au milieu d’enquêtes sur des pots-de-vin liés à la préparation des Jeux d’été de 2021 à Tokyo.

Vancouver, hôte des Jeux d’hiver de 2010, s’est également retirée du tournoi et Salt Lake City a reporté son attention sur 2034. L’objectif était d’éviter un affrontement avec les États-Unis, qui accueilleront les Jeux olympiques deux fois de suite après les Jeux d’été de 2028. Los Angeles.

READ  Quartier français et sucrier, voici (espérons-le) "Ole Miss France"

Comme le CIO semble avoir peu d’options en janvier, les responsables olympiques suédois ont été contactés pour soumettre une neuvième candidature pour accueillir les Jeux d’hiver. La dernière défaite contre Stockholm remonte à 2019, lorsque les membres du CIO ont choisi Milan-Cortina d’Ampezzo en Italie pour 2026.

La candidature de Stockholm a été relancée, mais la prudence apparente dans sa progression a rapidement laissé la porte ouverte aux offres de la France et de la Suisse près du siège du CIO à Lausanne.

« Je suis très déçu. Nous avions l’idée forte d’organiser les jeux les plus durables de tous les temps, mais maintenant nous n’avons pas l’opportunité de présenter cette vision au monde », a déclaré Hans von Othmann, responsable de la candidature suédoise. une déclaration.

Le Comité international olympique a réduit les options offertes aux hôtes des Jeux d’hiver en raison du changement climatique.

L’organisme olympique estime que seuls 15 pays sur trois continents peuvent répondre aux critères consistant à disposer d’au moins 80 % de sites de sports de neige existants et de projections « climatiques fiables » pour l’organisation d’événements dans les décennies à venir.

Le plan à long terme du CIO est une politique de rotation pour un petit groupe d’hôtes réguliers des Jeux d’hiver, comme Salt Lake City.

« Depuis plus d’une décennie, les dirigeants de notre État et de nos communautés se sont réunis pour atteindre cet objectif », a déclaré Fraser Bullock, président et directeur général de l’effort de Salt Lake City, qui est également un haut responsable du projet de 2002.

READ  Tucker Carlson a parlé à Kanye West de la polémique qu'il fait à propos de sa chemise 'White Lives Matter'

Les Jeux d’hiver de 2026 devraient se dérouler dans le nord de l’Italie, avec un focus sur la ville de Milan et la station de ski de Cortina d’Ampezzo, hôte des Jeux olympiques de 1956.

Ces matchs devraient utiliser une piste de glisse en Suisse ou en Autriche voisine, car l’Italie ne dispose pas d’un site efficace.

Cela correspond à l’insistance récente du CIO pour que les hôtes olympiques utilisent des sites existants ou temporaires pour éviter des coûts de construction qui dépassent généralement le budget.

Les 51 milliards de dollars dépensés par la Russie pour les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi 2014, notamment pour la construction de nouvelles routes, de voies ferrées et d’une grande partie des stations de ski, ont effrayé certains soumissionnaires potentiels en Europe et les ont forcés à repenser les campagnes et l’organisation des Jeux olympiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *