La France pousse un soupir de soulagement face à l’échec des négociations commerciales avec le Mercosur – Politico

PARIS – Les responsables français sont soulagés qu’il soit peu probable qu’un accord de libre-échange entre l’Union européenne et les pays du bloc sud-américain du Mercosur soit conclu de si tôt.

Bruxelles espère faire avancer les négociations sur un accord commercial controversé jusqu’à la ligne d’arrivée lors d’une réunion à Rio de Janeiro cette semaine. Mais les négociations ont connu un revers après que le Brésil – président tournant du bloc Mercosur – a signalé que l’accord nécessiterait l’approbation du nouveau gouvernement argentin dirigé par l’anarcho-capitaliste Javier Millay. La nouvelle a incité la présidente de la Commission européenne, Ursula van der Leyen, et le commissaire au Commerce, Valdis Dombrovskis, à renoncer à une visite de dernière minute à Rio de Janeiro.

Ce qui semble être une mauvaise nouvelle pour les négociateurs européens est une douce joie pour les oreilles françaises.

« C’est une bonne nouvelle », a déclaré Marie-Pierre Vedrenne, eurodéputée française et experte en commerce au sein de l’équipe de renouvellement du président Emmanuel Macron, faisant écho au point de vue d’autres responsables français.

La France s’oppose depuis longtemps à l’accord UE-Mercosur, affirmant qu’elle ne pourra changer d’avis que si le bloc du Mercosur s’engage à mettre fin à la déforestation illégale en Amazonie, à respecter l’accord de Paris sur le climat et à utiliser le même écosystème. Et les normes sanitaires en tant qu’agriculteurs de l’UE – un ensemble d’exigences déjà présentes dans les pays d’Amérique du Sud giflé Trop.

Cette décision intervient quelques mois seulement avant les élections au Parlement européen, alors que les groupes politiques de droite et de gauche font craindre aux électeurs que des accords commerciaux comme le Mercosur – un bloc de pays composé du Brésil, de l’Argentine, de l’Uruguay et du Paraguay – pourraient coûter cher à l’Europe. emplois. Et les moyens de subsistance des agriculteurs sont en jeu.

READ  France Macron : le jab COVID-19 obligatoire est une option

« Dès que vous prononcez les mots ‘libre-échange’ en France, vous faites face à des critiques », a déclaré Wedren, qui a soutenu d’autres accords commerciaux. Il a regretté que ce soit le Mercosur qui ait bloqué l’accord et que la Commission n’ait pas décidé d’être plus prudente.

Ça prend du temps

Un revers dans les négociations n’est « pas une surprise » Un haut diplomate français a déclaré qu’il n’y avait pas d’urgence à mettre fin aux négociations. « Résoudre ces problèmes prendra du temps », a déclaré le diplomate.

Samedi dernier, Alors que la conversation s’interrompait, Macron a de nouveau critiqué l’accord lorsqu’il a rencontré le président brésilien Lula de Silva lors de la COP28 à Dubaï.

« Je ne suis pas favorable à cet accord parce que je ne sais pas comment l’expliquer à un producteur d’acier, à un agriculteur ou à un producteur de ciment français », a déclaré le président français, annonçant qu’il s’envolerait pour le Brésil en mars.

L’accord UE-Mercosur est impopulaire en France. Il fait face à des critiques constantes de la part du pays Des lobbys agricoles influents Et les ONG, et on ne peut faire confiance qu’à Soutien Le lobby industriel du pays est le MEDEF.

« Bien sûr, nous sommes déterminés, car il faudra réécrire complètement l’accord, ce qui signifie qu’il y aura un accord de plus », a déclaré Pascal Lecamp, député français et auteur de la majorité au pouvoir de Macron. Une résolution parlementaire Il a exhorté le gouvernement à s’opposer à l’accord du Mercosur sous sa forme actuelle.

« Aujourd’hui, compte tenu de la situation mondiale actuelle, la Commission ne devrait pas se précipiter pour signer un accord avant les élections européennes », a-t-il ajouté.

READ  L'association du barreau du Royaume-Uni a rendu compte du Comité palestinien de judo pour avoir célébré Judoka contre Israël.

Selon Lecamp, Mili n’aura aucun intérêt politique à signer l’accord du Mercosur. Les responsables français reconnaissent que l’élection de Miley a alimenté davantage d’incertitudes quant à l’avenir de l’accord. Durant sa campagne électorale, le nouveau président dit L’Argentine devrait quitter le Mercosur. La nouvelle ministre argentine des Affaires étrangères, Diana Mondino, lundi. dit Elle voulait conclure l’affaire « un jour, d’une manière ou d’une autre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *