Les Américaines apprennent leurs adversaires au milieu des défis à leur suprématie à la Coupe du monde.

L’équipe américaine de football féminin affrontera les Pays-Bas, le Vietnam et un vainqueur encore inconnu de la Coupe du monde féminine de l’année prochaine – un tirage au sort, même s’il inclut les Pays-Bas, l’équipe américaine a remporté la finale pour la remporter. Le dernier titre mondial en 2019.

Les Américains ont appris leurs adversaires du premier tour lors du tirage au sort du tournoi de samedi et entreront dans le tournoi en Australie et en Nouvelle-Zélande – les premiers coorganisateurs de l’histoire de la Coupe du monde – en tant que doubles champions du monde. Mais elles arriveront au milieu de changements tectoniques dans le football féminin, notamment Médaille de bronze insatisfaisante Aux derniers Jeux olympiques. Les générations changent dans leur liste; Et la ruée des investissements et de l’intérêt qui a conduit à l’émergence de nouveaux concurrents comme l’Angleterre et l’Espagne et à la renaissance d’anciens concurrents comme l’Allemagne, le Canada et la France.

« Aujourd’hui est une bonne journée », a déclaré le milieu de terrain américain Lindsey Horan. « C’est exitant. » Elle a déclaré que le match d’ouverture contre le Vietnam « nous a donné une excellente occasion d’entrer dans le tournoi ».

Certaines de ces équipes impressionneront également : la Suède, la deuxième plus grande équipe du monde, a rejoint un groupe qui comprend l’Afrique du Sud numéro 3 et vice-championne du monde, l’Italie, l’Argentine et l’Allemagne l’été dernier. Le Championnat d’Europe, elle, affrontera le Maroc, la Colombie et la Corée du Sud.

L’Angleterre, fraîchement championne d’Europe, affrontera un adversaire européen (le Danemark), une ancienne puissance terne (la Chine), ainsi que les États-Unis, un vainqueur des séries éliminatoires dont l’identité ne sera confirmée qu’en février. Pour l’Angleterre, ce sera soit le Sénégal, Haïti ou le Chili.

READ  Le Paris Saint-Germain a glissé à la troisième place après avoir perdu contre Monaco; Lille reste au top

« Les préparatifs détaillés pour la Coupe du monde commencent vraiment après ce soir », a déclaré l’entraîneur américain Vlatko Andonovsky avant le tirage au sort, ajoutant : « Pour une équipe qui a toujours bien fait historiquement, la pression sera toujours là. »

La Coupe du monde 2023 sera la première depuis que la FIFA a agrandi le stade pour inclure 32 équipes. Cela a produit un tirage plein de visages familiers et de débutants : des concurrents mieux classés et d’anciens champions tels que la Suède, l’Allemagne, l’Espagne, la France et les Pays-Bas d’Europe ; Des puissances régionales telles que le Brésil, le Japon et le Nigeria. Et une poignée d’entrées – la Zambie, le Maroc, l’Irlande, le Vietnam et les Philippines.

Les Américains? Ils se sont qualifiés en juillet avec l’aide d’un mélange d’anciens et de nouveaux : des vétérans comme Alex Morgan, Rose Lavelle, Lindsey Horan et Becky Sauerbrunn, mais aussi des visages plus récents comme Sophia Smith, Trinity Rodman et Naomi Girma.

L’équipe d’Andonovski est toujours un mélange de passé et de présent : Megan Rapinoe fera probablement partie de la liste l’été prochain, mais le tour de Carli Lloyd ce week-end était d’aider à gérer le tirage au sort, sans attendre avec impatience ses résultats. Mais Andonovsky a promis que l’équipe serait prête.

« Je dois dire que si vous me demandez si nous sommes prêts à aller à la Coupe du monde et à participer à la Coupe du monde demain, nous ne sommes probablement pas prêts pour cela », a déclaré Andonovsky. Reporters Après que les Américains se soient qualifiés en juillet. « Mais serons-nous prêts dans un an ? Absolument.

READ  L'intrigue s'alourdit à l'approche de la finale de la Ligue des champions

D’autres sont incertains : les États-Unis ont perdu contre l’Angleterre et l’Espagne ce mois-ci, leur première défaite consécutive en cinq ans, et feront face à un autre défi difficile le mois prochain avec Deux matchs amicaux contre l’AllemagneVice-championne d’Europe féminine.

L’Angleterre, la meilleure équipe d’Europe à l’heure actuelle invaincue lors des 24 derniers matchs, et le Canada, qui a battu les États-Unis en route vers l’or aux Jeux olympiques de Tokyo l’an dernier, attendront. Mais la même chose sera faite par les Allemands, les Hollandais, les Suédois, les Espagnols et d’autres.

La Coupe du monde s’ouvrira le 20 juillet, avec la Nouvelle-Zélande et l’Australie jouant des matchs à domicile, et se terminera par la finale le 20 août au stade olympique de Sydney.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.