Les craintes montent en Algérie sur la troisième vague de COVID-19

Le gouvernement algérien a sonné l’alarme que le pays rattraperait bientôt la troisième vague du virus corona, d’autant plus que la population continue d’augmenter avec les restrictions et les infections.

Le Dr Riyadh Mehdoui, membre de l’équipe scientifique du ministère de la Santé qui surveille l’épidémie de virus corona, a déclaré à la radio officielle du pays que les derniers chiffres sur le nombre de cas étaient “vraiment inquiétants”.

«Nous devons tout faire pour éviter la troisième vague qui menace le monde», a-t-il souligné.

Mehta a souligné le taux de vaccination “très lent” par rapport à l’Europe, tout en rejetant la réimposition de mesures drastiques et le verrouillage et la réouverture complets des frontières fermées depuis plus d’un an.

Il a souligné qu’il était “impossible” de revenir sur la place, exhortant les gens à protéger leurs profits au cours de l’année précédente.

L’Algérie a signalé moins de 100 infections par jour et deux à quatre décès par jour ces derniers mois. Le pays a confirmé plus de 120 000 cas.

Cependant, le nombre d’infections est passé à 200 par jour ces derniers jours, ce qui suscite des inquiétudes parmi les responsables.

Mehta a averti que l’émergence de nouvelles souches de virus corona, y compris au Royaume-Uni et au Nigéria, avait compliqué la situation.

En ce qui concerne la campagne de vaccination, il a blâmé la baisse de la demande de vaccins des pays manufacturiers.

Il a promis d’apporter «des quantités importantes de vaccins divers» plus tard ce mois-ci et début mai.

L’Algérie a acheté la dose de 500 000 doses il y a quatre mois, mais jusqu’à présent, seuls 15 000 ont été vaccinés contre le vaccin Spoutnik V en Russie, ont déclaré des sources médicales à l’Associated Press.

READ  Un remaniement ministériel incroyable rappelle aux partisans algériens du Hirak les frontières bloquées du changement | Sabar Blitz

Ce faible nombre est attribué à la mauvaise organisation des personnes vaccinées, dont la plupart sont des médecins, des infirmières et des travailleurs travaillant dans les services hospitaliers du COVID-19 et certains citoyens vulnérables souffrant de maladies chroniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *