Les derniers jours du journal El Vatan ?

De nombreux journaux algériens indépendants, menés par le prestigieux quotidien francophone El Wath, traversent une période de crise où les pressions politiques et économiques menacent leur existence. Cette situation pose des questions sur l’avenir des médias algériens, et plus largement sur la liberté de la presse.

La presse indépendante algérienne est confrontée à une crise existentielle. De nombreuses publications créées à la fin des années 1980 lorsque le paysage médiatique s’est ouvert au secteur privé ont été contraintes de cesser leurs activités au cours des dernières décennies. Il en est de même pour le quotidien français Le Matin et le journal indépendant algérien Liberté, qui a fermé ses portes en 2004. Avril. « Les crises financière et économique » ont été citées comme les raisons de la fermeture du quotidien, propriété du riche homme d’affaires Izad Reprap.

Le personnel de Liberté a tenté d’acheter le titre, mais le propriétaire a rejeté l’option pour ce que certains ont qualifié de « raisons politiques ».

Deux mois plus tard, avant que le choc de la fermeture de Liberté ne se soit dissipé, une nouvelle secousse retentit dans la presse algérienne. Sans recettes publicitaires, El Waden (« La patrie »), grand quotidien francophone d’Algérie en 1990, se retrouve dans une situation difficile.

Ses revenus ont été considérablement réduits par l’Agence Nationale d’Édition et de Publicité (« Agence Nationale d’Édition et de Publicité », ou ANEP), le distributeur public de publicité, qui a unilatéralement résilié son contrat sous le président Abdelaziz Bouteflika. Cela s’est produit à peu près au même moment où le magazine a décidé de ne pas approuver le président pour un quatrième mandat en 2019.

Les autorités font pression sur les entreprises publiques et privées en Algérie et à l’étranger pour qu’elles n’achètent pas d’espace publicitaire dans le journal alors qu’il ferme progressivement El Waden en raison de sa rédaction « indépendante ».

READ  Tanzanie vs Algérie Prévisions, aperçu, nouvelles du groupe et plus

Grève conjoncturelle sans solde depuis plusieurs mois

Face à cette perspective, les travailleurs de la presse ont décidé de déclencher une grève cyclique de deux jours les 13 et 14 juillet.

Dans un article publié le Première page du mardi 12 juillet, le conseil d’administration d’El Watan a d’abord alerté sur la situation financière du titre fondé par un groupe de journalistes. « Pour 150 salariés, la situation sociale est devenue critique et a franchi le seuil de tolérance, d’autant que les frontières sont fermées à tout espoir de sortie de la crise financière que traverse l’entreprise », prévient-elle.

Le conseil d’administration a reproché au fisc et à sa banque prêteuse le Crédit populaire d’Algérie (CPA) la décision de geler les comptes de l’entreprise « malgré des efforts continus pour résoudre le problème », ajoutant que « plusieurs appels au public de la part des autorités ont été en vain. »

Le fisc et la banque algérienne exigent le paiement des arriérés d’impôts depuis le début de la pandémie, lorsque le gouvernement a autorisé les entreprises à différer le paiement de leurs impôts.

FRANCE 24 s’est entretenu avec un journaliste d’El Wadden sous couvert d’anonymat. Il a décrit une « atmosphère de tristesse dans les couloirs des journaux ». « Au-delà de la fermeture pour des raisons financières, tous les scénarios viennent à l’esprit lorsqu’on imagine la fin d’un vieux magazine comme le nôtre », a-t-il ajouté.

« Les journalistes ont très bien compris la situation et ont convenu qu’ils ne seraient pas payés pendant cinq mois, mais leur patience a aussi une limite », a-t-il expliqué.

Le journaliste a critiqué les propriétaires du magazine, soulignant qu' »au fil des années, les dettes se sont accumulées en raison de leur mauvaise gestion ».

READ  Algérie : Campagne contre la répression gouvernementale des droits humains

Le journal dénonce le fisc

« Les journalistes et le personnel d’El Wadden se sont mis en grève en toute impunité parce qu’ils aiment le journal et y travaillent depuis des années », a-t-il poursuivi. Arrêtez les travaux », a-t-il poursuivi, prévenant que d’autres mesures seraient prises à partir de la semaine prochaine si la situation perdurait.


Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux le 12 juillet, le syndicat du journal a souligné que les salariés « constatent avec regret qu’en plus de l’incapacité à trouver une sortie de crise, la direction n’a proposé aucun dialogue sérieux avec son partenaire social ».  » .

L’actuel directeur du magazine, Mohamed Taher Mesoudi, a déclaré Site Web de Middle East Eye « Le fisc refuse le délai de paiement des impôts et des dettes ». Ce qui a aggravé la situation, a-t-il dit, c’est que « la banque de l’entreprise a refusé de donner à son journal suffisamment d’argent pour payer les salaires du personnel ».

Qualifiant la décision de la banque d' »injuste » car le journal « dispose encore d’actifs financiers lui permettant de payer ses dettes », Mohamed Tahar Mesoudi a appelé les grévistes à « ouvrir un dialogue constructif avec la direction ».

« La liberté de la presse se heurte à de nombreuses lignes rouges »

Après la chute du régime de Bouteflika en 2019, les patrons d’El Watan ont poussé un soupir de soulagement et espéraient récupérer des revenus publicitaires. Cependant, il a couru Un article Les accusations de corruption portées contre les fils du général Ahmed Kait Salah, un pilier de l’establishment au pouvoir à l’époque, ont mis fin au rêve de retour du journal et l’ont sorti de ses difficultés financières, a rapporté Middle East Eye.

Alors que la situation d’El Wadden est désastreuse, d’autres médiums sont également menacés d’extinction. Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme et de la liberté de la presse, comme Reporters sans frontières (RSF), continuent d’alerter sur la situation des médias en Algérie, estimant que « le paysage médiatique n’a jamais été aussi bouleversé ».

RSF a écrit sur son site Internet Côté algérien « Le secteur privé souffre depuis 2019 et de nombreux médias et chaînes de télévision ont dû fermer, d’autant plus que les médias sont à court de publicité ». Aussi, les subventions gouvernementales ne sont accordées qu’aux médias publics ou privés proches du régime, a ajouté l’ONG.

« En Algérie, la presse se heurte à des lignes rouges », dit RSF. « Le simple fait d’évoquer la corruption ou de réprimer des manifestations peut conduire à des menaces et à des appels à des enquêtes policières. »

Cette page est adaptée de l’original en français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.