Les dirigeants politiques internationaux et les élus soutiennent dans une lettre adressée au président Biden la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara.

Environ 250 dirigeants politiques et élus de 25 pays d’Europe et d’Amérique latine ont envoyé une lettre au président Joe Biden, exprimant leur soutien à la décision des États-Unis de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara et d’ouvrir un consulat à Dakhla.

Monsieur le Président, nous, anciens chefs de gouvernement, anciens ministres, élus et parlementaires, sommes honorés d’exprimer notre satisfaction face à la décision souveraine des États-Unis de reconnaître la pleine souveraineté du Maroc sur les territoires du Sahara. Les signataires de cette lettre, qui a été tweetée par l’ancien ministre italien des Affaires étrangères et ancien ambassadeur aux États-Unis et en Israël, Giulio Terzi.

Cette décision est intervenue à un moment où le processus politique du conflit sur le Sahara avait besoin d’un nouvel élan, selon les deux sites.

L’autonomie est le seul moyen de mettre fin aux souffrances des personnes qui vivent dans les camps de Tindouf en Algérie, d’assurer la réconciliation et de parvenir à une paix et une stabilité durables dans une région stratégique, en créant un véritable vecteur de paix, de stabilité et de prospérité en Afrique et même dans le monde, le message va plus loin.

“Nous nous félicitons de la décision des États-Unis de reconnaître l’initiative d’autonomie comme seule base pour résoudre le différend régional sur le Sahara, car nous pensons qu’elle ouvre des horizons concrets pour guider le processus politique des Nations Unies vers une solution finale”, ont-ils souligné, exprimant sa confiance que les Etats-Unis, dirigés par Joe Biden, continueront de pousser le dossier Sahara vers une solution juste et durable grâce à son soutien continu à l’initiative marocaine pour l’autonomie.

READ  L'économie du Qatar croît de 4% au deuxième trimestre, soutenue par les activités hors hydrocarbures

<< Nous sommes préoccupés par les conséquences qui pourraient résulter de la prolongation indéfinie du statu quo pour permettre que des actes terroristes soient commis par des milices armées dans une région très stratégique, et une clé de la stabilité du continent africain et du bassin européen et méditerranéen », soulignant les signataires, venant de diverses directions politiques, avec la prédominance des partis de centre-gauche.

Les signataires ont également salué le développement économique réalisé dans les États du Sahara, qui continue d’enregistrer des indicateurs honorables de développement humain. Cette réalisation a été réalisée grâce au nouveau modèle de développement des régions du Sahara lancé par le roi Mohammed VI en 2015 avec un budget de 8 milliards de dollars, comme on dit.

Ce développement porteur d’emplois et de prospérité, disent-ils, se manifeste dans les infrastructures, les hôpitaux, l’urbanisme, les services et les écoles, sans oublier les projets économiques de toutes natures, dans les domaines de l’agriculture, de l’industrie, du tourisme et de l’économie sociale et solidaire. . .

Cette évolution va de pair avec l’épanouissement d’un gouvernement local démocratique. Les deux régions de la région du Sahara ont connu le taux de participation le plus élevé en 2015 aux premières élections régionales de l’histoire du Maroc, selon les signataires de la lettre.

Aujourd’hui, les Sahraouis, dont un ancien responsable du Polisario, président les deux conseils régionaux de la région à travers des élections libres et transparentes internationalement reconnues, estimant être les seuls représentants légitimes des habitants de la région, disent-ils, ajoutant que ces élus proposent de voter. Elle met en œuvre, par contrat avec l’Etat, des projets de développement de ses régions pour répondre aux aspirations des citoyens.

READ  L'activité du secteur privé au Japon touchée par l'épidémie de coronavirus - PMI

Ils ont indiqué que cette administration constitue un prélude à ce que le plan d’autonomie présentera sous la souveraineté marocaine, avec la mise en place d’organes législatifs, exécutifs et judiciaires régionaux.

«Nous pensons que ce n’est pas un hasard si un nombre croissant de pays, dont les États-Unis, soutiennent le plan d’autonomie en tant que solution politique réaliste, pratique et durable basée sur le règlement», insistent les 250 signataires.

Ils soulignent que cette même solution est ce qu’appelaient les 27 dernières résolutions du Conseil de sécurité, faisant écho à de nombreux envoyés des Nations Unies qui ont souligné que «l’indépendance du Sahara n’est pas une option réaliste».

Aujourd’hui, le Conseil de sécurité des Nations unies, avec la participation des Etats-Unis, considère l’initiative marocaine d’autonomie de la région du Sahara comme une base “sérieuse et crédible” pour une solution politique, disent-ils.

Les déclarations et décisions du Conseil de sécurité reflètent directement la réalité sur le terrain, ainsi que l’importance de l’initiative marocaine pour l’autonomie, qui est une mesure audacieuse et courageuse prise par le Maroc après de longues consultations tenues au niveau national et régional. et au niveau international. , Y compris les États-Unis, comme l’explique la lettre.

Les signataires ont également salué le fait que les États-Unis se soient joints à 20 autres pays pour ouvrir des représentations consulaires au Sahara, dans les villes d’El-Ayoun et de Dakhla. Cette décision reconnaît non seulement la souveraineté du Maroc sur les régions sahariennes, mais reconnaît également le rôle du Maroc en tant que lien historique entre l’Europe et l’Afrique et en tant que pôle économique régional offrant de nombreuses opportunités aux investisseurs du monde entier, des perspectives d’avenir, des connaissances et des emplois pour les régions. La jeunesse du continent africain.

READ  Favoritisme et corruption: comment le secteur automobile algérien heurte un mur

En outre, ils se félicitent de l’accord tripartite signé entre le Maroc, Israël et les États-Unis, qui, comme ils l’affirment, renforcera les perspectives de paix au Moyen-Orient, conformément au rôle historique que le Maroc a joué dans la promotion de la paix dans le Moyen-Orient. est.

Les signataires de cette lettre incluent l’ancien président tchèque Vaclav Klaus, l’ancien président guatémaltèque Jimmy Morales Cabrera, l’ancien Premier ministre bulgare Georgy Pleznacchi, ancien membre de la mission MINURSO, Stefan Todorov Davidov, ainsi que de nombreux députés et sénateurs actuels.

La lettre a été signée en très peu de temps par 250 hommes politiques de 25 pays. Il s’agit notamment de l’Argentine, de l’Arménie, de la Belgique, de la Bulgarie, du Canada, du Chili, de la Colombie, de la République tchèque, du Danemark, de la République dominicaine, du Salvador, de l’Estonie, de la Finlande, de la France, de la Grèce, du Guatemala, du Honduras, de la Hongrie, de l’Irlande, de l’Italie, du Paraguay, du Pérou. , Saint. Lucie, Serbie, Espagne, ainsi que des membres du Parlement européen et des maires de grandes villes et municipalités en Europe et dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *