Les dirigeants tunisiens, algériens et libyens discutent des questions sécuritaires et économiques

Tunisie

La Tunisie a tenu lundi une « première réunion consultative » dans sa capitale, Tunis, avec les dirigeants algérien et libyen, mais les experts étaient en désaccord sur les objectifs à long terme de l'initiative.

Aucun dirigeant du Maroc ou de la Mauritanie n'a assisté à cette réunion, qui doit se tenir tous les trois mois.

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Nabil Ammar, a déclaré dans un communiqué que la coalition vise à promouvoir « la sécurité, la stabilité et le développement dans toute la région ».

Dans leur déclaration, les trois dirigeants ont souligné « la nécessité d'unifier et d'intensifier les efforts pour faire face aux défis économiques et sécuritaires d'une manière qui sert les intérêts » de leur peuple.

La réunion a été approuvée par le président algérien Abdelmadjid Tebboune, le président du Conseil présidentiel libyen Mohamed Menfi et le président tunisien Kais Saied lors de leur rencontre lors du sommet sur l'énergie en Algérie le mois dernier.

Ammar a déclaré dans le communiqué : « Cette consultation ne doit pas se limiter aux seules questions politiques, mais doit inclure tous les domaines du développement économique et social pour les peuples des trois pays. »

L'absence du Maroc amène certains experts à spéculer sur l'initiative menée par l'Algérie, qui vise à créer un ensemble maghrébin alternatif excluant le Royaume. D'autres analystes estiment que les trois pays sont conscients des problèmes de sécurité immédiats auxquels est confrontée la région, notamment l'instabilité en Libye, les développements dans la région du Sahel et les inquiétudes concernant l'immigration clandestine.

READ  Le Nigeria retrouve la première place en Afrique et dépasse le Kenya dans l'adoption de la crypto-monnaie

Lorsque la réunion a été annoncée la semaine dernière, certains médias marocains ont déclaré qu'elle faisait partie de l'objectif de l'Algérie de former une « alliance maghrébine » contre le Maroc, son rival régional.

Plusieurs médias marocains ont accusé l'Algérie de « travailler à former une alliance maghrébine contre le Maroc » et de tenter de donner l'impression que l'Algérie n'est pas isolée dans son voisinage.

Le président algérien Tebboune a déclaré au début de ce mois que la formation de la coalition « n’est dirigée contre aucun autre pays » et que la porte est ouverte à « notre voisin occidental », en référence au Maroc.

Le ministre des Affaires étrangères Ahmed Attaf a déclaré que la nouvelle initiative vise à combler le vide résultant de l'effondrement de l'Union du Maghreb arabe, fondée il y a 35 ans, mais aujourd'hui « dans le coma ».

L'Union du Maghreb arabe a été créée en 1989 dans le but de rapprocher les pays de la région et de promouvoir leurs intérêts politiques et économiques communs. Mais les espoirs d’un plus grand dynamisme économique et politique ont été rapidement anéantis, alors que les tensions croissantes entre l’Algérie et le Maroc ont plongé l’organisation dans le désarroi, notamment en ce qui concerne le conflit du Sahara occidental.

L'Algérie et Rabat ont rompu leurs relations diplomatiques en 2021.

Le communiqué ajoute que la réunion a également abordé « le danger d’ingérence étrangère dans la région du Sahel et du Sahara ».

En visite au Maroc le même jour, le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin a salué l'assistance du Royaume dans la lutte contre le terrorisme et sa coopération dans la région du Sahel, où la France a été contrainte de retirer ses forces en 2022 et l'année dernière après des coups d'État militaires au Mali et au Niger. et le Burkina Faso. Faso.

READ  Les PDG du Moyen-Orient sont optimistes quant à la croissance économique et à l'intégration de l'IA : étude

Ammar a déclaré dans sa déclaration que la réunion de lundi a appelé au « rejet absolu de l’ingérence étrangère dans les affaires libyennes » et à « la tenue d’élections qui préservent l’unité et l’intégrité territoriale de la Libye ».

Il s’est également engagé à « protéger les frontières communes des dangers et des effets de l’immigration clandestine et d’autres crimes organisés ».

Dans leur déclaration finale, les dirigeants ont convenu de former des groupes de travail conjoints pour superviser la sécurité le long de la frontière commune et lutter contre l'immigration clandestine et toutes les formes de criminalité organisée.

Ils ont également convenu de « former une équipe de travail conjointe pour développer des mécanismes permettant d’établir de grands projets et investissements communs dans des domaines et secteurs prioritaires, tels que la production de céréales et de fourrage, le dessalement de l’eau de mer et d’autres projets ».

Ils se sont également engagés à accélérer les travaux du projet d'interconnexion électrique entre la Tunisie, la Libye et l'Algérie, à accélérer les procédures de circulation des personnes et des marchandises et à établir des zones de libre-échange.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *