Les économies africaines pandémiques ont besoin de vaccins et d’un allégement de la dette

Les pays africains ont un besoin urgent de fournitures de vaccins Covid-19 et d’un allégement de la dette de la communauté internationale pour atténuer l’impact économique de la pandémie, et il est peu probable que beaucoup de ces pays reviennent aux niveaux de croissance d’avant la crise avant 2025, selon le Institut de Kiel. pour l’économie mondiale.

Une action rapide est nécessaire car la pandémie frappe “de manière significative” les économies africaines, bien que le nombre officiel de cas soit en baisse en raison d’une sous-déclaration. Le groupe de réflexion, basé à Kiel, en Allemagne, a déclaré dans une note d’orientation que la pandémie affecterait également le développement économique à long terme.

“Les travailleurs et les femmes non qualifiées en particulier souffrent des conséquences économiques de la pandémie”, a déclaré Saskia Muchelbock, chercheuse à l’Institut de Kiel et co-auteur du rapport. “La réponse immédiate devrait être un soutien international avec des programmes de vaccination et un allégement de la dette pour faire face aux conséquences de la pandémie.”

Dans le monde entier, et en particulier dans les régions en développement, les dégâts de la pandémie de Covid-19 ont été plus importants que ceux de la crise financière mondiale, notamment en Afrique et en Asie du Sud, selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement.

Elle a déclaré la semaine dernière qu’un soutien international renouvelé était essentiel pour les pays en développement confrontés au risque d’une “décennie perdue” dans un contexte de reprise économique mondiale inégale.

La contraction économique dans les pays africains l’année dernière a été moins sévère que prévu mais reste la pire jamais enregistrée et marque la première récession en 25 ans, selon l’Institut de Kiel.

READ  Yellen dit que les États-Unis connaîtront "plusieurs mois" d'inflation élevée

Les retombées économiques ont varié selon les pays africains. Le centre a déclaré que la situation était généralement plus grave dans les endroits qui dépendent fortement des services, du tourisme et du commerce international, comme l’Afrique du Sud ou la Tunisie. En revanche, les pays exportateurs de pétrole comme l’Algérie, l’Angola et le Nigeria profitent désormais de la hausse significative des prix des matières premières.

Cependant, l’Afrique en général ne devrait atteindre son niveau de PIB par habitant d’avant la pandémie qu’en 2023, et dans de nombreux pays pas avant 2025, selon l’institut.

L’une des principales raisons de la lenteur de la reprise des économies africaines est le taux de vaccination « significativement faible » de 5 %, qui perturbe les soins de santé et conduit à la fermeture continue des écoles et à l’exacerbation de l’emploi à long terme.

L’institut a déclaré que 30 millions de personnes supplémentaires ont été poussées dans l’extrême pauvreté par la pandémie, en particulier les travailleurs non qualifiés et les femmes.

« La communauté internationale doit veiller à ce qu’un approvisionnement adéquat et abordable de vaccins soit rapidement disponible pour réduire les futurs impacts sanitaires et économiques de l’Afrique », a déclaré Mme Meuchelboeck.

L’inégalité dans l’accès aux vaccins creusera le fossé entre les pays riches et les pays pauvres, ce qui obligera les pays à faible revenu à avoir besoin de milliards de dollars d’investissements pour réduire la pauvreté et la faim, selon le Fonds monétaire international.

En août, le fonds a approuvé une allocation générale record de 650 milliards de dollars d’actifs de réserve, appelés droits de tirage spéciaux (DTS), pour aider les pays membres, en particulier les pays émergents et en développement, à faire face aux retombées économiques de la pandémie de coronavirus.

READ  Le revenu du Nigeria par rapport au PIB est mauvais, selon Akabwezi | The Guardian Nigeria Nouvelles

Les DTS sont alloués en fonction des quotas des pays, ou des droits d’emprunt au sein du Fonds monétaire international, les quotas dépendant largement du PIB d’un pays.

« Le G20 a déjà accepté de restructurer et d’alléger la dette des pays dont le fardeau de la dette est insoutenable, mais ces efforts ne seront probablement pas suffisants pour donner à l’Afrique une marge de manœuvre budgétaire », a déclaré Mme Muchelbock.

« Afin de rétablir l’espace budgétaire, une nouvelle suspension des paiements de la dette publique et, dans certains cas, un allégement de la dette peuvent être nécessaires, à condition que les pays en difficulté mettent en place des programmes d’assainissement à moyen terme, y compris la mobilisation des recettes fiscales et des gains d’efficacité dans le secteur public . “

L’institut a également recommandé d’augmenter les flux d’IDE des pays développés vers les économies en développement, les programmes gouvernementaux de garantie des investissements étant un outil potentiel pour atténuer le problème croissant de l’incertitude.

« L’incertitude croissante quant à la poursuite de l’épidémie en Afrique – notamment en raison des faibles taux de vaccination – est susceptible d’affecter la reprise des flux d’investissements étrangers directs vers le continent, inhibant les économies africaines. [benefitting] des effets positifs associés aux investissements directs étrangers.

« Il sera important de stimuler l’investissement étranger direct des pays développés.

Mise à jour : 23 septembre 2021 à 03h30

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *