Un logiciel espion « trouvé sur les téléphones de cinq membres du cabinet français » | La France

Traces du logiciel espion Pegasus trouvées sur les téléphones portables d’au moins cinq ministres français actuels, site Web d’enquête Mediapart News a publié, Citant plusieurs sources anonymes et un document de renseignement secret.

L’acte d’accusation intervient deux mois après que le projet Pegasus, un conglomérat médiatique dont le Guardian, a révélé les numéros de téléphone de la plupart des responsables français au cœur du président français Emmanuel Macron et de la plupart de ses 20 membres du cabinet dans une base de données divulguée. Du plan d’enquête.

Il n’y a aucune preuve concluante que les téléphones des cinq membres du cabinet ont été piratés avec succès, mais les allégations de Mediapart indiquent qu’ils ciblaient un puissant logiciel espion appelé Pegasus, produit par le groupe NSO.

Lorsqu’il est utilisé avec succès par les clients du gouvernement d’entreprise israélien, Pegasus permet à ses utilisateurs de suivre les conversations, les messages texte, les photos et l’emplacement, et peut transformer les téléphones en appareils d’écoute.

Il a été révélé que le Pegasus Project Consortium, intégré par les médias français à but non lucratif, utilisait un logiciel de piratage pour cibler les clients mondiaux de NSO, les militants des droits de l’homme, les journalistes et les avocats.

L’ONS prétend que son puissant logiciel espion est utilisé pour enquêter sur des crimes graves, et non pour cibler des membres de la société civile. Il a déclaré que cela n’avait rien à voir avec la base de données divulguée examinée par le projet Pegasus et que les dizaines de milliers de numéros sur la liste n’étaient pas la cible des clients du gouvernement NSO. Il nie également avec véhémence que Macron ait jamais été la cible du logiciel espion Pegasus.

Dans un communiqué publié jeudi soir, l’ONS a déclaré : « Nous sommes attachés à nos déclarations précédentes concernant les responsables du gouvernement français.
Pegasus n’a jamais eu de buts. Nous ne commenterons pas les allégations de sources anonymes.

Les téléphones des ministres de l’Éducation, de la Coordination régionale, de l’Agriculture, du Logement et des Affaires étrangères ont montré des traces de malware Jean-Michel Blanker, Jacqueline Carroll, Julian Tenormandi, Emmanuel Vergen et Sebastian Legorn-Pegasus, respectivement.

Il a été dit que tous les ministres n’occupaient pas leur poste actuel au moment où l’objectif aurait été atteint, ce qui s’est produit en 2019 et moins souvent, en 2020, mais pas tous les ministres. Le téléphone d’un des conseillers diplomatiques de Macron a également été visé à Ellis Palace.

Une analyse médico-légale de leurs appareils fin juillet a révélé la présence de « traces suspectes » de logiciels espions, selon un rapport d’une enquête criminelle parallèle menée par les services de renseignement de l’État français et le procureur de la République de Paris.

Les victimes, que ce soit directement ou par l’intermédiaire de leurs bureaux, n’ont pas répondu ou déclaré qu’elles ne souhaitaient pas commenter publiquement une affaire aussi importante. Certains ont qualifié Mediapart de secrétaire général du ministère français de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN).

Ellis Palace a déclaré qu’il “ne ferait pas encore de commentaires sur les enquêtes longues et complexes”. Mediapart a rapporté qu’au moins un des ministres avait changé de téléphone et de numéro de téléphone.

Le bureau du procureur a refusé de commenter l’avancement de son enquête ou de confirmer si les téléphones des ministres ont été piratés ou non, et l’enquête est régie par des règles de justice secrètes.

L’Elysée n’a pas commenté le scandale Pegasus depuis fin juillet, lorsque les responsables du palais ont conseillé la prudence, affirmant qu'”il n’y a aucune certitude à ce stade”. Cependant, il était entendu que Macron avait changé son numéro de téléphone pour certains appels.

La ministre française de la Défense, Florence Barley, aurait rencontré son envoyée israélienne, Penny Conte, à Paris en juillet pour discuter de corruption, mais aucun détail de leur conversation n’a été divulgué, a déclaré Mediapart.

Le secrétaire d’État aux Affaires européennes, Clément Bonn, a déclaré en août que la “gravité des allégations” et les procédures judiciaires en cours pourraient en dire peu sur le gouvernement. “Nous sommes toujours en train de découvrir la vérité sur l’affaire”, a-t-il déclaré.

READ  Algérie vs Niger Prévisions, aperçu, actualités du groupe et plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *