Les économistes mettent en garde contre la nécessité de prendre des mesures drastiques pour aider l’économie algérienne à se redresser

Les économistes ont mis en garde contre la nécessité d’une intervention à grande échelle pour éviter à l’économie algérienne d’accumuler d’énormes dettes extérieures, après le double coup du COVID 19 et la baisse des revenus pétroliers.

Le Bureau national des statistiques a signalé une baisse de 3,9% du produit intérieur brut au cours du seul premier trimestre 2020, avec un chômage approchant les 15%.

Le ministre des Finances Ayman bin Abdul Rahman a estimé les pertes des entreprises publiques à plus d’un milliard et quart de milliard de dollars américains.

Ces chiffres ont été décrits comme « alarmants », selon Mansour Kadeer, professeur agrégé à École supérieure d’économie à Oran. Il a exhorté les autorités à réduire les taux d’intérêt et les réductions d’impôts en fonction du nombre de nouveaux emplois créés.

Le professeur Kidder a également appelé à des projets majeurs tels que les zones agro-industrielles dans le désert du sud du pays, avec des infrastructures de traitement, des voies ferrées étendues et de nouvelles villes pour les desservir, toutes construites avec la main-d’œuvre locale.

Kadeder prédit que sinon, une “boîte de Pandore” s’ouvrira accompagnée “d’émeutes, d’unitarisme et d’extrémisme religieux”.

L’économiste Abdul Rahman Maptool a également appelé à une action stricte. Tout en reconnaissant que les hydrocarbures resteront la principale source de revenus pour les cinq à dix prochaines années, il a insisté sur le fait que la sortie de crise économique doit passer par une nouvelle gouvernance nationale et de décentralisation “pour rassembler toutes les forces politiques, économiques et sociales… (et) évitez de vous diviser en questions secondaires.”

READ  L'impact économique d'AllianceTexas à North Fort Worth est estimé à 8 milliards de dollars en 2020

Mabtool a appelé à “une symbiose entre l’État et les citoyens, y compris les élus, les entreprises, les banques, les universités et la société civile afin de lutter contre la bureaucratie paralysée”.

le Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) s’attend à ce que l’économie algérienne se contracte de 5,2 % cette année. En avril, l’organisation a approuvé une aide financière d’urgence de 3,4 milliards de dollars au Nigeria pour soutenir les efforts du gouvernement pour faire face aux mêmes problèmes auxquels l’Algérie est confrontée : le double impact de la pandémie de COVID-19 et la forte baisse des prix du pétrole.

Mais le président algérien Abdelmadjid Tebboune Il a déjà exclu de solliciter des prêts auprès du Fonds monétaire international ou d’autres organismes financiers internationaux, pour préserver ce qu’il a qualifié de “souveraineté nationale”.

L’Algérie garde un souvenir douloureux de l’accord de 1994 avec le Fonds monétaire international, qui signifiait un plan d’ajustement structurel qui a entraîné des suppressions d’emplois massives, des fermetures et des privatisations.

Le gouvernement a annoncé qu’il lancerait un plan de relance économique et avait déjà décidé début mai de diviser par deux le budget de fonctionnement de l’Etat.

Le président a souligné que le plan économique préservera les caractéristiques sociales du pays et protégera le pouvoir d’achat des citoyens, en particulier les groupes les plus vulnérables.

Le président Tebboune s’est également dit convaincu que la capacité financière de l’Algérie est suffisante pour mettre en œuvre le plan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *