Les États-Unis et l’Union européenne cherchent un accord mondial pour couper les documents sur le méthane, qui provoque le réchauffement climatique

BRUXELLES/WASHINGTON (Reuters) – Les États-Unis et l’Union européenne ont convenu de réduire d’environ un tiers les émissions de gaz à effet de serre de méthane d’ici la fin de cette décennie et d’obtenir l’adhésion d’autres grandes économies. Selon des documents consultés par Reuters.

Leur accord intervient alors que Washington et Bruxelles cherchent à stimuler d’autres grandes économies avant un sommet mondial pour lutter contre le changement climatique à Glasgow, en Écosse, en novembre, et pourrait avoir un impact majeur sur les industries de l’énergie, de l’agriculture et des déchets responsables de la majeure partie du méthane. . émissions.

Le méthane, la principale cause du changement climatique après le dioxyde de carbone, fait l’objet d’un examen plus approfondi alors que les gouvernements cherchent des solutions pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré, un objectif de l’accord de Paris sur le climat.

Dans un effort pour lancer l’action, les États-Unis et l’Union européenne présenteront plus tard cette semaine un engagement commun de réduire les émissions de méthane d’origine humaine d’au moins 30 % d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2020, selon le Global Methane. Brouillon. Un engagement vu par Reuters.

“La courte durée de vie du méthane dans l’atmosphère signifie qu’agir maintenant peut rapidement réduire le taux de réchauffement climatique”, indique le projet.

Un document distinct énumérait plus de deux douzaines de pays que les États-Unis et l’Union européenne viseraient à se joindre à l’engagement. Parmi ces pays figurent de grands émetteurs comme la Chine, la Russie, l’Inde, le Brésil et l’Arabie saoudite, ainsi que d’autres comme la Norvège, le Qatar, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud.

READ  La mission des terres rares de la Chine a bouleversé le gouvernement du Groenland

Le département d’État américain a refusé de commenter et la Commission européenne n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur les documents.

L’accord devrait être dévoilé vendredi lors d’une réunion des principales économies émettrices visant à rallier le soutien avant le sommet COP26 de Glasgow.

Les dirigeants mondiaux sont sous la pression des scientifiques, des environnementalistes et d’un sentiment populaire croissant de s’engager dans des actions plus ambitieuses pour lutter contre le changement climatique à Glasgow.

Le méthane a un potentiel d’effet de serre plus élevé que le dioxyde de carbone mais se dégrade plus rapidement dans l’atmosphère, donc des « réductions fortes, rapides et durables » des émissions de méthane ainsi que des réductions des émissions de dioxyde de carbone pourraient avoir un impact rapide sur le climat, un fait que l’on a souligné Rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat le mois dernier.

Les experts disent que le secteur des combustibles fossiles a le plus grand potentiel pour réduire les émissions de méthane cette décennie en réparant les pipelines ou les installations de stockage de gaz qui fuient, et bon nombre de ces réparations peuvent être effectuées à faible coût.

Cependant, les images satellite et les instantanés infrarouges de ces dernières années ont révélé des émissions de méthane provenant de sites pétroliers et gaziers dans des pays tels que jeEt Mexique et le USA. Lire la suite

Les États-Unis et l’Union européenne devraient proposer cette année des lois pour restreindre les émissions de méthane.

Le projet indiquait que l’engagement entre les États-Unis et l’UE couvrirait les principales sources d’émissions de méthane, notamment les fuites d’infrastructures pétrolières et gazières, les anciennes mines de charbon, l’agriculture et les déchets tels que les décharges.

READ  Des manifestations anti-vaccin en France éclatent le sixième week-end

Les pays qui adhèrent à l’engagement s’engagent à prendre des mesures nationales pour atteindre collectivement l’objectif de réduction du CH4, « en se concentrant sur des normes pour réaliser toutes les réductions possibles dans les secteurs de l’énergie et des déchets » et en réduisant les émissions agricoles grâce à « l’innovation technologique ainsi que des incitations et des partenariats avec les agriculteurs. “

(Reportage de Valerie Volcovici) Montage par Christopher Cushing, Leslie Adler et Sonia Hepstel

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *