Les États-Unis imposent des sanctions aux responsables nicaraguayens, invoquant des élections « simulées » | Actualités de Joe Biden

Le Trésor américain a imposé des sanctions à neuf responsables nicaraguayens et à un ministère public lors des élections du 7 novembre qui ont vu le président Daniel Ortega réélu pour un quatrième mandat.

Lundi, les États-Unis ont imposé des sanctions à neuf responsables nicaraguayens et au parquet nicaraguayen, citant une « élection nationale fictive organisée par le président Daniel Ortega » et sa vice-présidente, Rosario Murillo.

« Le régime d’Ortega utilise des lois et des institutions pour arrêter les membres de l’opposition politique et priver les Nicaraguayens de leurs droits civiques », a déclaré Andrea M. Jacqui, directeur de l’OFAC. déclaration Publié sur le site Web du Trésor américain. « Les États-Unis envoient un message sans équivoque au président Ortega, au vice-président Murillo et à leurs proches : nous soutenons le peuple nicaraguayen dans ses appels à la réforme et au retour à la démocratie.

Le Trésor a déclaré que près de 40 personnalités de l’opposition, dont sept candidats potentiels à la présidentielle, ont été arrêtées et emprisonnées à l’approche des élections du 7 novembre, qui ont vu Ortega réélu pour un quatrième mandat consécutif.

Le ministère public du Nicaragua est le ministère public fédéral. L’administration Biden l’a accusée d’être « responsable ou complice » des arrestations de politiciens de l’opposition qui voulaient se présenter à la présidentielle.

Parmi les neuf fonctionnaires mis sur liste noire par les États-Unis lundi figurait le vice-ministre nicaraguayen des Finances et du Crédit public, Jose Adrian Chavarria du Monténégro. Ministre de l’Énergie et des Mines Salvador Mancel Castrillo; et Mohamed Ferrara Lashtar, ambassadeur du Nicaragua en Algérie, en Égypte, en Jordanie, au Koweït, au Qatar, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis.

READ  L'or connaît la plus forte baisse mensuelle depuis 2016 | Nouvelles des affaires et de l'économie

Vendredi, l’Assemblée générale de l’Organisation des États américains a voté en faveur de résolution Déclarant que « les élections du 7 novembre au Nicaragua n’étaient pas libres, justes et transparentes et n’avaient aucune légitimité démocratique ». Environ 25 membres ont voté en faveur de la résolution, avec sept pays se sont abstenus, un pays a compté comme absent et un seul membre – le Nicaragua lui-même – a voté contre la résolution.

Vendredi, le président américain Joe Biden a également signé un projet de loi appelant à davantage de sanctions contre le gouvernement Ortega.

Les mesures de lundi ont gelé tous les avoirs américains de ces personnes sur liste noire et interdisent aux Américains de faire des affaires avec eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *