Les fabricants mettent en garde contre la hausse du chômage et de la pauvreté alors que l’économie ralentit

Les fabricants de la plus grande économie d’Afrique ont averti que la croissance lente du pays au troisième trimestre de cette année, la plus faible en 15 mois, pourrait faire monter le chômage en flèche, jetant davantage de Nigérians dans un tissu de pauvreté.

Segun Ajayi-Kadir, directeur général de la Confédération des fabricants du Nigéria (MAN), a déclaré qu’un chômage plus élevé, associé à une inflation plus élevée, verrait probablement l’économie confrontée à un indice de misère plus élevé qui exacerbe le niveau de pauvreté.

« Dans une économie avec un taux de croissance démographique moyen de 2,6%, la récente croissance du PIB réel de 2,25% indique que la croissance du PIB réel par habitant a chuté de 0,35% », a-t-il déclaré dans un communiqué mercredi.

Il a ajouté que cela ferait également passer le pays d’une économie à revenu intermédiaire à une économie à faible revenu. D’autres effets, dit-il, sont une capacité de génération de revenus sous-optimale, une faible volonté de diversification, une nouvelle régression de la croissance et un développement lent.

En 2020, le pays le plus peuplé d’Afrique avait un taux de chômage record de 33,3 %, ce qui indique que 23,2 millions de Nigérians étaient sans emploi.

Bien que les nouveaux chiffres de l’année dernière n’aient pas été annoncés, les analystes s’attendaient à ce que le taux de pauvreté soit bien supérieur à 40 %.
Lire aussi : Les fabricants d’énergie alternative dépensent jusqu’à 51 % au premier semestre

Ajayi Qadir a déclaré que la contraction continue de l’économie a confirmé le besoin urgent de publier un taux de chômage actualisé qui soit conforme à la situation économique actuelle.

READ  Une entreprise turque crée la plus grande usine de béton de Libye

La semaine dernière, le Bureau national des statistiques (BNS) a indiqué que le produit intérieur brut du pays avait augmenté de 2,25 % (en glissement annuel) en termes réels au troisième trimestre 2022, contre 3,54 % au deuxième trimestre et 4,03 %. à la même période de l’année dernière.

« Le déclin de la croissance est dû aux principaux effets de la récession et des conditions économiques difficiles qui ont entravé les activités productives », a déclaré le Bureau national des statistiques.

Muda Yusuf, fondateur du Centre pour la promotion de l’entreprise privée, a déclaré que la baisse de la croissance reflète les divers vents contraires qui perturbent l’économie.

Certains des vents contraires mentionnés par Yusuf comprennent la montée des pressions inflationnistes, la dépréciation de la monnaie, l’illiquidité des devises, la hausse du coût de l’énergie, le faible pouvoir d’achat, les contraintes structurelles héritées, l’insécurité persistante et les problèmes paralysants de facilitation des échanges.

Certains vents contraires ont également affecté la croissance du secteur manufacturier, ce qui a ralenti la croissance globale du PIB. Le secteur s’est contracté de 1,91% au troisième trimestre 2022 pour la première fois depuis le quatrième trimestre 2020, selon le Bureau national des statistiques.

Le sous-secteur de l’alimentation, des boissons et du tabac du secteur manufacturier a également diminué de 4,05 %, la première fois depuis le deuxième trimestre 2020.

MAN a déclaré que la voie du Nigeria vers la croissance économique, l’industrialisation et le développement durable a été compromise par une attention insuffisante aux nombreux défis urgents des fabricants qui sont censés être les moteurs de son programme économique à long terme.

READ  L'accord de 30 milliards de dollars sur les frais de swipe de Visa et MasterCard a été bloqué par un juge américain

Afin de ramener le secteur à une position enviable, les industriels espèrent que le gouvernement s’engagera à déployer des moyens pour réduire le chômage et stimuler la productivité manufacturière en encourageant les sources locales de matières premières, en améliorant le développement des infrastructures et en résolvant tous les défis liés au crédit et au forex.

L’association a déclaré : « Harmoniser en synergie les politiques monétaires et fiscales avec la réduction du déficit budgétaire par la suppression progressive des subventions aux carburants subventionnées par des logements appropriés pour les pauvres.

Faire face à la catastrophe des inondations en adoptant des mécanismes de contrôle de l’érosion, des services d’alerte précoce et d’urgence en plus de l’évaluation des risques d’inondation et des fonds environnementaux.

Elle a déclaré que le gouvernement devrait veiller à ce que le décret 003 soit mis en œuvre et que les frais d’électricité et les prix de l’énergie reflètent les coûts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *