Les factions palestiniennes signent un accord de réconciliation à Alger

Les factions palestiniennes ont signé jeudi un accord de réconciliation à Alger, s’engageant à organiser des élections d’ici octobre prochain dans leur dernière tentative pour mettre fin à la querelle vieille de plus de 15 ans.

L’accord a été signé par un dirigeant éminent du mouvement Fatah dirigé par le président Mahmoud Abbas et le chef du mouvement islamique Hamas qui dirige Gaza.

Pour les derniers titres, suivez notre chaîne sur Google News en ligne ou via l’application.

Mais Abbas lui-même, président de l’Autorité palestinienne depuis 2005, n’était pas présent.

« Nous avons signé cet accord pour nous débarrasser du cancer malin de la division qui est entré dans le corps palestinien », a déclaré Azzam al-Ahmad, chef de la délégation du Fatah.

« Nous sommes optimistes qu’il sera mis en œuvre et ne restera pas lettre morte. »

Le président du Hamas, Ismail Haniyeh, a déclaré : « C’est un jour de joie en Palestine et en Algérie et pour ceux qui aiment la cause palestinienne, mais c’est un jour de tristesse pour l’entité sioniste (Israël). »

Le Fatah et le Hamas sont en désaccord depuis les élections de 2006, remportées par le Hamas mais non reconnues par la communauté internationale.

L’année suivante, le mouvement islamiste a pris le contrôle de la bande de Gaza au début des années de division, le Fatah administrant les zones contrôlées par les Palestiniens de la Cisjordanie occupée par Israël.

Cependant, les premières élections depuis la partition devaient avoir lieu l’année dernière Abbas l’a annulé.

Le président algérien Abdelaziz Tebboune, qui a négocié l’accord de jeudi, a indiqué dans un discours qu’il a prononcé lors de la cérémonie de signature au Palais des Nations dans la capitale algérienne que Yasser Arafat a utilisé le même bâtiment pour déclarer l’indépendance de l’État de Palestine en 1988.

READ  Le journaliste Drarini libéré, le militant Nekaz a été accueilli à grande échelle en Algérie

L’accord a été signé avec faste et célébration en présence d’ambassadeurs étrangers et d’un orchestre militaire qui a joué les hymnes nationaux palestinien et algérien.

Le Fatah et le Hamas ont signé plusieurs accords similaires dans le passé, mais aucun d’entre eux n’a conduit à de véritables élections.

Cependant, l’accord de jeudi est un coup diplomatique pour l’Algérie, à quelques semaines d’avance Se prépare à accueillir le sommet de la Ligue des États arabes.

Le pays d’Afrique du Nord, un important exportateur de gaz, a reçu un flux constant de dirigeants européens ces derniers mois alors qu’il cherche à accroître ses ventes d’énergie et son influence diplomatique, en particulier dans un contexte de tensions renouvelées avec son rival, le Maroc.

Dans le cadre de la « Déclaration d’Algérie » de jeudi, qui a également été signée par d’autres factions palestiniennes majeures, des élections à la présidence et au Conseil législatif palestinien, qui sert de parlement aux Palestiniens dans les territoires occupés, auront lieu.

Il prévoit également des élections pour le Conseil national palestinien, un parlement pour les Palestiniens comprenant des millions d’expatriés. L’Algérie a accepté d’accueillir le conseil.

Il y a eu des discussions sur la formation d’un gouvernement d’union nationale, mais cela n’a pas été mentionné dans le document final.

Lire la suite:

Mahmoud Abbas ne sera pas le seul candidat aux prochaines élections palestiniennes : Dahlan

Le dirigeant palestinien reporte les premières élections en 15 ans et le Hamas rejette le report comme un « coup d’État »

Le sommet de la Ligue arabe tient son premier sommet annuel en trois ans en Algérie

READ  Les pompiers du comté de Lincoln participent au défilé de la mort du mémorial de Bataan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.