Les factions palestiniennes signent un accord de réconciliation en Algérie | Actualités de l’Autorité Palestinienne

Les factions palestiniennes rivales ont convenu d’un accord de réconciliation à Alger pour des pourparlers médiatisés par le gouvernement algérien visant à résoudre 15 ans de conflit par de nouvelles élections dans les territoires palestiniens occupés.

L’accord a été signé par le haut dirigeant du Fatah Azzam al-Ahmad ; Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas ; et Talal Nazi, secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine.

« C’est un moment historique à travers lequel nous voyons Jérusalem », a déclaré Hania, remerciant le président algérien Abdelmajid Tabon pour les efforts de son pays dans le financement des pourparlers.

Pour sa part, Al-Ahmad a déclaré : « En ce moment, sous les auspices du président Abdulmajid Tabon, … nous sommes fiers de signer cet accord et de nous en débarrasser. [political] La division et le cancer sont entrés dans le corps palestinien.

« En tant que Fatah, nous promettons d’être les premiers à mettre en œuvre cet accord », a-t-il ajouté.

Parmi les autres personnalités palestiniennes invitées à signer le document figurent Ahmad Majdalani, un haut responsable de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ; Mustafa Barghouti, secrétaire général de l’Initiative nationale palestinienne ; et Bassam Al Salhi, secrétaire général du Parti du peuple palestinien.

L’accord a été signé après que les dirigeants de 14 factions, dont le mouvement Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas, qui dirige la bande de Gaza assiégée, aient tenu deux jours de pourparlers avant un sommet arabe à Alger le mois prochain.

Selon le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, l’accord ne comprend pas de section sur la formation d’un gouvernement d’union, mais comprend des sections sur l’amélioration des structures de l’OLP, la formation de son Conseil national et la tenue d’élections législatives et présidentielles.

READ  La cathédrale Notre-Dame de France est préservée et prête à être reconstruite

Cependant, il y avait des doutes au sein de la Chambre sur le fait qu’ils apporteraient des changements concrets après que les promesses électorales précédentes n’aient pas été tenues.

‘Grande confiance’

Aux termes de l’accord, les parties se sont engagées à « accélérer la tenue d’élections présidentielles et législatives dans tous les territoires palestiniens, y compris Jérusalem, d’ici un an ».

Il reconnaît l’OLP, dirigée par Abbas, comme le seul représentant du peuple palestinien.

Les divisions politiques depuis 2007 ont affaibli les aspirations à un État palestinien et empêché la tenue d’élections présidentielles et parlementaires depuis les derniers scrutins de 2005 et 2006.

La victoire législative du Hamas a ensuite jeté les bases d’une scission politique. Le groupe, qui s’oppose à la paix avec Israël, a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007, tandis que l’Autorité palestinienne soutenue par l’Occident domine la Cisjordanie occupée. Depuis lors, Gaza a subi un siège israélo-égyptien brutal et a fait face à au moins trois attaques israéliennes.

« Nous sommes très optimistes pour le moment, notamment à cause de la récente attaque israélienne contre notre peuple », a déclaré Qasim à Al Jazeera.

Le Fatah et le Hamas ont déjà tenté de résoudre leurs différends lors de plusieurs séries de pourparlers et ont convenu de former un gouvernement intérimaire dans le passé, mais une réconciliation doit encore se concrétiser.

Dans les Territoires palestiniens occupés, les gens suivent les pourparlers en Algérie dans l’espoir qu’un accord apportera des changements.

Debon veut que le sommet de la Ligue arabe du mois prochain – le premier avant la pandémie de Covid-19 – cimente la place de son pays en tant que poids lourd régional. Des mois de négociations avec les factions palestiniennes ouvriront la voie à un accord.

READ  La France cible les entreprises de la City de Londres dans la campagne de « choix de la France » post-Brexit : CTAM

La demande renouvelée de pétrole et de gaz algériens et la fin des manifestations de rue massives qui ont secoué le pays en 2019 et 2020 ont renforcé sa confiance sur la scène internationale.

Cependant, son différend en cours avec le Maroc voisin a affecté les relations des deux pays avec les principaux pays européens, éclipsant la préparation du sommet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.