Les facultés de médecine algériennes entament la phase finale de la réforme des programmes d’études

Parmi les propositions de beaucoup de ceux qui ont participé à la préparation du système de réforme lors de la réunion avec les responsables des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Santé figurait la transformation de la “médecine générale” en son unicité, ainsi que d’autres spécialités médicales. Cependant, les ministères n’ont pas accepté l’idée.

Il a proposé qu’un programme de spécialisation de trois ans en “médecine générale” soit poursuivi après l’obtention du diplôme, dans le but de contrer la faible formation des médecins généralistes algériens qui sont “l’épine dorsale du système médical dans les pays développés”. Abdelhamid, président du Syndicat national des médecins.

[Enjoying this article? Subscribe to our free newsletter.]

Abdelhamid a expliqué que les patients devraient d’abord consulter un médecin généraliste avant de prescrire un spécialiste, et que ce qui se passe en Algérie est l’inverse d’un manque de confiance envers les médecins généralistes. Cela perturbe le système médical car les spécialités ne peuvent pas desservir tout le pays, a-t-il ajouté.

Les étudiants impliqués dans ce nouveau système d’enseignement médical veulent voir ses résultats se refléter dans l’amélioration des conditions physiques et de travail des médecins et contribuer à réduire le nombre d’immigrants quittant le pays.

“Nous voulons voir l’Algérie comme un exportateur de services de santé et un lieu de traitement pour tous les citoyens d’Afrique du Nord au lieu de la Turquie et de l’Europe, d’autant plus que c’est le lien entre l’Afrique et l’Europe”, a déclaré Messoud.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *